Deux "spring breakers" accusés d’avoir drogué et violé une femme retrouvée morte à l’hôtel

·2 min de lecture

Deux hommes ont été arrêtés à Miami, accusés d’avoir drogué et violé une jeune femme de 24 ans qui a été retrouvée morte lundi dans sa chambre d’hôtel, alors que se déroulait le Spring Break.

Chaque année, au début du printemps, les étudiants américains se retrouvent en Floride pour célébrer le Spring Break. L’occasion pour eux de faire la fête et de consommer de l'alcool à flot. Deux jeunes hommes venus de Caroline du Nord pour participer à ce rassemblement ont été arrêtés à Miami après la découverte du corps d’une jeune femme de 24 ans dans sa chambre d’hôtel. Ils sont accusés de l’avoir droguée et violée, et de lui avoir volé sa carte de crédit. Les images de vidéo surveillance montrent Evoire Collier, 21 ans, et Dorian Taylor, 24, ans, rentrer dans l’hôtel où logeait la jeune femme. L’un semble la tenir par le cou parce qu’elle ne peut pas rester debout, indique le «Miami Herald».

La police a indiqué que les deux hommes avaient eu un rapport sexuel avec elle et que Dorian Taylor l’aurait violée pendant qu’elle était inconsciente. «Le fait que la victime était sous influence de l’alcool et de drogue montre qu’elle ne pouvait pas consentir à des relations sexuelles avec les accusés», a fait savoir la police lundi. Lorsqu’elle a été retrouvée par les secours, la victime était à moitié nue dans sa chambre.

Une "pilule verte"

La police a pu remonter rapidement jusqu’au suspects grâce aux images de vidéosurveillance les montrant à plusieurs endroits de la ville dans les heures et jours qui ont suivi. Ainsi, samedi, Evoire Collier a été filmé dans une foule de spring breakers. Après son arrestation, il a reconnu que son complice et lui ont rencontré la jeune femme dans un restaurant et que Dorian Taylor lui a donné «une pilule verte» qui semblait être un puissant antidouleur. Les deux hommes ont été incarcérés dimanche. Pour le moment, l’enquête n’a pas précisément déterminé de quoi la victime est morte. Si(...)


Lire la suite sur Paris Match