Deux-Sèvres : les opposants aux «bassines» prêts à braver l'interdiction

© Maylis Rolland / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

En pleine sécheresse historique, plusieurs milliers de manifestants s'apprêtent samedi à braver l'interdiction de la préfecture des Deux-Sèvres pour crier leur opposition aux "bassines" près du chantier d'une nouvelle réserve d'eau destinée à l'irrigation agricole. 

Les manifestants sont arrivés à pied

Plus de 2.000 personnes, sur les 10.000 attendues par les organisateurs, étaient déjà arrivées vendredi soir, selon Julien Le Guet, porte-parole du collectif "Bassines Non Merci", qui rassemble des associations environnementales, organisations syndicales et groupes anticapitalistes opposés à cet "accaparement de l'eau" destiné à l'"agro-industrie".

La plupart des manifestants sont arrivés à pied pour contourner les restrictions de circulation dans la zone et ont posé leur tente dans le campement installé depuis mardi dans un champ prêté par un paysan près du chantier.

"Maïs pour tous, justice nulle part", peut-on lire sur l'immense chapiteau jaune qui trône au milieu de ce camp constellé de barnums montés par différentes organisations déterminées à se rendre à partir de la mi-journée près du chantier de la "bassine", malgré l'interdiction de "toute manifestation" dans plusieurs communes dont Sainte-Soline prononcée lundi par la préfecture.

Limiter d'éventuels "actes de violence"

La préfète des Deux-Sèvres Emmanuelle Dubée a expliqué vendredi vouloir "limiter" d'éventuels "actes de violence", en référence aux dégradations et aux heurts entre manifestants et forces de l'ordre qui a...


Lire la suite sur Europe1