Sainte-Soline : Gérald Darmanin dénonce « de l'écoterrorisme »

À Sainte-Soline, les manifestants se réunissent.  - Credit:PASCAL LACHENAUD / AFP
À Sainte-Soline, les manifestants se réunissent. - Credit:PASCAL LACHENAUD / AFP

Environ 2 000 personnes, selon les autorités, restaient présentes dimanche 30 octobre à proximité du chantier d'une réserve d'eau destinée à l'irrigation agricole dans les Deux-Sèvres, après une manifestation et de violents heurts avec les forces de l'ordre samedi. « Ce matin c'est calme, mais il reste environ 2 000 personnes sur le site, je rappelle que la manifestation demeure interdite, donc que tout acte visant à tenter à nouveau d'entrer sur le site de la réserve sera à nouveau écarté », a déclaré sur France info la préfète du département, Emmanuelle Dubée.

Il n'y a pas eu de nouvelle tentative d'intrusion au final mais, dans l'après-midi, une action de « désobéissance civile » selon les opposants au projet : des militants cagoulés, en bleu de travail et équipés d'une meuleuse, de pelles et de pioches, ont sectionné l'une des canalisations censées alimenter la future réserve, selon eux. « Nous venons de faire tomber un des six bras de la pieuvre », s'est félicité Julien Le Guet, porte-parole du collectif anti-bassines, surnom donné à ces retenues par leurs détracteurs.

Samedi, plusieurs milliers de personnes (4 000 selon les autorités, 7 000 selon les organisateurs) s'étaient réunies à Sainte-Soline, à l'est de Niort, pour protester contre la construction d'une « méga-bassine ». Cette vaste réserve, destinée à l'irrigation, est dénoncée par ses détracteurs comme un « accaparement de l'eau » par l'agro-industrie, doublé d'une aberration écologique à l'he [...] Lire la suite