Deux rares fossiles de ptérosaures géants découverts en Australie et en Angleterre

Les fossiles de ces animaux volants sont toujours rares car leurs os se conservent très mal. Chaque découverte permet de découvrir de nouvelles espèces et de mieux comprendre ce groupe.

Apparus dès le Trias, il y a environ 225 millions d'années, les ptérosaures ont occupé les airs jusqu'à la fin du Crétacé, il y a 66 millions d'années, période à laquelle ils se sont éteints en même temps que les dinosaures et de nombreuses autres espèces terrestres et marines. Si beaucoup d'entre eux correspondaient à de petits animaux avec une envergure d'un mètre, certains ont atteint d'impressionnantes dimensions. C'est le cas de ce nouveau reptile volant dont les restes ont été découverts dans le Queensland en Australie.

Vieux de 100 millions d'années

Ce nouveau spécimen arrive après l'annonce en 2021 de Thapunngaka shawi, un autre ptérosaure datant du début du Crétacé. Ce dernier a vécu à la même époque et ses restes ont été découverts dans l'ouest du Queensland. Selon les paléontologues qui les ont étudiés, ils correspondent à un nouveau genre et à une nouvelle espèce baptisée Haliskia peterseni. L'animal appartenait à la grande famille des anhangueriens (dont le nom signifie "ancien dragon", en langue tupi, d'Amérique du Sud). Ces ptérosaures qui étaient largement distribués sur toute la planète et abritent dans leurs rangs des reptiles de grande taille.

Lire aussiSix découvertes redessinent l'image des ptérosaures

Haliskia peterseni, lui, avait une envergure d'environ 4,6 mètres d'envergure. Il est décrit dans un article publié dans la revue Scientific Reports : seulement 22% de son squelette a été retrouvé. Cela semble peu mais les os des ptérosaures étant très fragiles, ils se conservent très mal ; ce qui fait qu'il est deux fois plus complet que e fossile de ptérosaure australien le mieux conservé jusqu'ici. Dans son cas, les paléontologues ont retrouvé les mâchoires inférieures complètes, la pointe de la mâchoire supérieure, 43 dents, des vertèbres, des côtes, des os des deux ailes et une partie d'une jambe.

A l'époque où il vivait, une grande partie du territoire du Queensland était sous l'eau et Haliskia peterseni devait probablement se nourrir de poi[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi