Deux quotidiens britanniques offrent leur Une au buteur Macron

·2 min de lecture
Emmanuel Macron lors du match avec le Variétés Club de France - ICON Sport
Emmanuel Macron lors du match avec le Variétés Club de France - ICON Sport

Le coup de communication d'Emmanuel Macron marque aussi des points à l'étranger. Au lendemain de son match de football au stade Léo-Lagrange de Poissy (Yvelines) pour le 2381e match du Variétés Club de France, le président est mis à l'honneur dans la presse britannique. Il apparaît ce vendredi bondissant, en short et crampons, à la une des quotidiens The Times et du The Daily Telegraph.

Titulaire au milieu de terrain, celui qui est connu pour être un supporter de l'Olympique de Marseille, est le premier Président en exercice de la Ve République à disputer officiellement un match de football. Et donc à marquer un but: après une faute dans la surface de réparation, le locataire de l'Élysée a trouvé le chemin des filets sur penalty.

L'objectif de la rencontre est aussi une belle histoire. Une opération à but caritatif, que les pays ango-saxons connaissent bien, au bénéfice de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, présidée par Brigitte Macron. "Merci aux soignants de Poissy" a lancé la première dame à la fin du match.

Elle s'adresse à l'équipe des personnels du centre hospitalier intercommunal de Poissy/Saint-Germain-en-Laye, qui a affronté les célébrités du Variétés, à l'instar des champions du monde 1998 Robert Pirès et Christian Karembeu. L'histoire retiendra que l'équipe du Président a plié le match, le panneau affichant 4-1 face aux soignants.

Même pénalty de VGE

Cette image en rappelle une autre, célèbre. En juin 1973, Valéry Giscard d'Estaing avait lui aussi marqué sur un pénalty. L'image du futur président, alors ministre des Finances, avait cartonné, lui permettant de vanter sa jeunesse et son dynamisme. "Un ministre des Finances, c'est un Français comme un autres", avait-il lâché. Il sera élu l'année d'après, lors d'une campagne éclair à la suite de la mort de George Pompidou, deux ans avant la fin de son mandat.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles