Deux projets de société pour une France divisée

Libération.fr

Les programmes des deux candidats à la présidentielle sont souvent aux antipodes sur les questions sociétales. Revue de détail.

Education, laïcité, justice, environnement… Les deux candidats restants dans la course à l’Elysée ont des propositions reflétant deux visions divergentes pour l’avenir du pays.

Education

MACRON Sa mesure phare, peut-être la seule que les électeurs ont retenue de son programme : diviser par deux le nombre d’élèves dans les classes de CP et CE1 en éducation prioritaire. Le candidat souhaite une mise en œuvre rapide de la mesure, en partie du moins, dès septembre. Il s’engage aussi à ce que les jeunes professeurs, qui ont moins de trois ans d’expérience, ne soient plus affectés dans les établissements les plus difficiles, sauf s’ils en font la demande expresse. Pour le reste, Emmanuel Macron a bâti l’essentiel de son programme autour de cette double idée : plus d’«autonomie», de «liberté» et, en contrepartie, une évaluation renforcée. En pratique, ça donne : les communes, en concertation avec les écoles, auraient la possibilité dès septembre de ne plus appliquer la réforme des rythmes scolaires (et donc revenir à la semaine à quatre jours ou ne plus proposer d’activités périscolaires.)

La réforme du collège prendrait du plomb dans l’aile. Les 20 % de l’emploi du temps des élèves consacrés aux enseignements pluridisciplinaires pourraient être utilisés demain pour remettre en place les parcours bilangues (deux classes dès la sixième) ou l’enseignement des langues anciennes. En contrepartie de cette «liberté», un «audit complet» de chaque établissement serait réalisé tous les trois ans, ainsi que des «bilans personnalisés» de tous les élèves en début d’année, pour que les enseignants puissent «mesurer les progrès de chacun». Pour lutter contre l’échec à la fac, Emmanuel Macron propose d’instaurer des «prérequis» à l’entrée de l’université, avec des stages de remises à niveau si besoin, pour «ensuite rejoindre la filière de leur choix». Il ne (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Le duel Macron-Le Pen commence tambour battant
Coupures d’eau pour impayés : Veolia pousse le bouchon
L’appel au vote pour Marine Le Pen encore tabou pour les «néo-réacs»
Baroin dans le brouillard
L’étroit chemin de Macron

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages