Deux policiers se suicident alors que s’ouvre le Beauvau de la sécurité

Par Aziz Zemouri
·1 min de lecture
Les policiers sont complètement démotivés, alors que s'ouvre le « Beauvau de la sécurité » (Photo d'illustration).
Les policiers sont complètement démotivés, alors que s'ouvre le « Beauvau de la sécurité » (Photo d'illustration).

Ce lundi matin, le corps de Mickaël K., gardien de la paix au commissariat du 8e arrondissement de Paris, a été retrouvé sans vie à son domicile. Ce père de deux enfants était en souffrance professionnelle et personnelle. L'administration de la préfecture de police avait pris la décision de le désarmer pendant un temps. Il avait de nouveau obtenu l'autorisation de porter son arme de service au tout début du mois de janvier. Selon des sources syndicales, il ne bénéficiait d'aucun suivi psychologique pris en charge par son administration.

Vendredi, c'est un commandant de police basé en Seine-Saint-Denis et travaillant au sein de l'unité de lutte contre l'immigration irrégulière (ULII) de la préfecture de police qui a été retrouvé mort à son domicile du Val-de-Marne. Ses collègues n'avaient plus de nouvelles de lui depuis deux jours.

58 morts par suicide en 2019, 11 morts en mission

« On meurt désormais plus par suicide que de la main des voyous. Cinquante-huit suicides en 2019, près de 30 en 2020 contre 11 morts en mission en 2020 », constate, dépité, un haut fonctionnaire.

L'état du moral et du malaise dans la police nationale vient de faire l'objet d'une étude grandeur nature, le « baromètre social 2019 de la police nationale ». Après celui de 2016, cet état des lieux du moral des troupes pointe une véritable dépression parmi les forces de l'ordre. Et ce principalement au sein du corps des gardiens de la paix et des gradés (de brigadier à major) qui regroupe l [...] Lire la suite