"Deux mois difficiles" : chez Jean-Jacques Bourdin, le Pr. Arnaud Fontanet met en garde

·1 min de lecture

La France n'en a pas encore terminé avec le virus. Après Karine Lacombe qui était venue faire le point sur l'évolution de l'épidémie fin janvier, Jean-Jacques Bourdin a reçu le Pr Arnaud Fontanet dans son émission matinale diffusée sur BFMTV. À l'instar de sa consoeur, l'épidémiologiste, membre éminent du Conseil scientifique, ne s'est lui non plus pas montré très optimiste quant à l'avenir. Ce dernier a en effet estimé que les semaines et mois à venir allaient être décisifs en raison de la propagation du variant anglais sur le territoire français : "Il y aura vraiment, autour de mars-avril, deux mois difficiles (...) Mars et avril, je pense, seront les mois sous tension", a déclaré l'épidémiologiste. Le Pr Arnaud Fontanet espère que la situation sanitaire pourra s'améliorer à compter de cette période : "J'espère que dès mai, on commencera à voir l'effet du climat et des vaccins", a-t-il déclaré face à Jean-Jacques Bourdin.

Face à Jean-Jacques Bourdin, le scientifique s'est en effet inquiété de la propagation du variant britannique dans le pays : "Il va se passer des choses dans les quatre à six semaines qui viennent. On va voir comment évolue le variant anglais. Prenons le scénario où il continue sa progression. À ce moment là, des mesures plus dures, qui seront un confinement ou quelque chose qui y ressemble, seront prises (...) Ce sera difficile néanmoins parce qu'à ce moment-là, 100% des souches seront devenues le variant anglais sur le territoire français. Quand on sortira (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Delphine (L’amour est dans le pré) : son ex l’a inscrite à l’émission
VIDÉO - Affaire Richard Berry : Jeane Manson "pas le genre à mentir" selon Fabien Lecœuvre
Juan Carlos malade et affaibli : ses deux filles sont arrivées à Abu Dhabi
Marine Le Pen : pourquoi elle pourrait être accusée de « virer la sœur après avoir tué le père »
Emmanuel Macron « ne supportait plus ses ministres » : c’est Nicolas Sarkozy qui le dit