Deux ministres se rendent à Grande-Synthe, où un camp de migrants a été réduit en cendres

Libération.fr
Le camp de migrants de Grande-Synthe réduit en cendres par un incendie le 11 avril 2017

Le camp de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord, qui se voulait un abri exemplaire pour les migrants rêvant de passer en Angleterre, a vécu : après des bagarres, un violent incendie a ravagé l’essentiel de ses 300 chalets lundi soir, selon les autorités.

Les ministres de l’Intérieur et du Logement, Matthias Fekl et Emmanuelle Cosse, se rendent ce mardi après-midi sur le camp de migrants de Grande-Synthe, détruit dans sa quasi-totalité par un incendie lundi soir. 

«Une réunion entre les services de l’État et la mairie se tient» mardi matin «pour décider des dispositifs d’urgence à mettre en œuvre», visant notamment à accélérer «l’accueil des migrants» dans les centres d’accueil et d’orientation (CAO), informent les ministres dans le communiqué. «Trois unités de forces mobiles sont déployées en renfort dans la région afin de prévenir les troubles à l’ordre public», ont-ils ajouté.

Le camp de migrants de Grande-Synthe, dans le Nord, qui se voulait un abri exemplaire pour les migrants rêvant de passer en Angleterre, a été détruit presque intégralement dans un violent incendie qui a ravagé l’essentiel de ses 300 chalets lundi soir. Vers minuit lundi, le camp dit de La Linière, voulu par le maire écologiste de la commune Damien Carême pour en finir avec le camp voisin du Basroch offrant le visage désolé d’un cloaque, a été réduit à un «amas de cendres» et «il sera impossible de remettre des cabanons à la place de ceux qui existaient auparavant», a déclaré à la presse le préfet du Nord, accouru sur place depuis Lille.

Ouvert en mars 2016, cet ensemble construit par Médecins sans frontières (MSF) et la ville comptait 1 500 migrants, principalement des Kurdes irakiens, hébergés au sec dans des abris en dur et non plus sous des tentes. Ce camp, réputé pour être tenu par des passeurs kurdes irakiens, avait été le théâtre de plusieurs incidents sérieux ces derniers mois, nécessitant de faire appel à la police. Lundi, le sinistre, extrêmement violent, s’est déclaré «en fin (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Conflit pénitentiaire: «commencer par vider les prisons» (Poutou)
Présidentielle: Le Pen et Macron toujours en tête, devant Mélenchon et Fillon (sondage)
Réactions politiques après la destruction du camp de Grande-Synthe
Autour de Fillon, clash pâtissier et familial entre Paul et Ladurée
Vélib': JCDecaux, non sélectionné dans l’appel d’offres, saisit la justice

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages