Deux hommes jugés à Paris dans un dossier de cyberfinancement du terrorisme en Syrie

Deux hommes de 23 et 26 ans comparaissent depuis mardi devant le tribunal correctionnel de Paris, soupçonnés d'avoir financé depuis la France des actes de «terrorisme» en Syrie, à travers des réseaux de cryptomonnaie, entre 2018 et 2020. Sami Allem, Franco-algérien de 26 ans, et Abderrahman Cheikh, Franco-marocain de 23 ans, sont jugés jusqu'à vendredi pour «participation à une association de malfaiteurs terroristes délictuelle» et pour «financement du terrorisme». Ils encourent chacun une peine de dix ans de prison. Ils avaient été renvoyés devant la justice à la suite d'une vaste opération, le 29 septembre 2020, visant un réseau de transfert de fonds vers la Syrie, après un signalement de Tracfin, le service de renseignement qui lutte contre les circuits financiers clandestins et le financement du terrorisme. Au total, trente personnes avaient été interpellées et huit avaient fait l'objet de poursuites judiciaires, dont trois mises en examen. Sami Allem, en détention provisoire à P