Rester seulement deux heures dans les embouteillages aurait de sérieuses conséquences... sur votre santé

L'activité cérébrale a été mesurée avant et après chaque exposition à la pollution routière (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

L'IRM a montré une diminution de la connectivité fonctionnelle dans le cerveau suite à une exposition à la pollution routière.

Mauvaise nouvelle pour les automobilistes. Selon une nouvelle étude, respirer des gaz d'échappement diesel en étant assis dans la circulation pendant quelques heures peut altérer les fonctions cérébrales et la cognition. Ces conclusions ont été publiées dans la revue Environmental Health.

Cette recherche, menée par des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique et de l'Université de Victoria, prouve pour la première fois qu'une brève exposition à la pollution de l'air impacte le cerveau. En effet, seulement deux heures d'exposition aux gaz d'échappement diesel suffit à causer une diminution de la connectivité fonctionnelle du cerveau. Ces modifications ont été prouvées par la réalisation d'un IRM.

"Pendant de nombreuses décennies, les scientifiques ont pensé que le cerveau pouvait être protégé des effets nocifs de la pollution de l'air. Cette étude, qui est la première du genre au monde, fournit de nouvelles preuves à l'appui d'un lien entre la pollution de l'air et la cognition", alerte l'auteur principal de l'étude, le Dr Chris Carlsten, professeur et chef de la médecine respiratoire dans un communiqué diffusé par l'Université de médecine. Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont exposé 25 adultes en bonne santé à des gaz d'échappement diesel. L'activité cérébrale a été mesurée avant et après chaque exposition en utilisant l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.

Contrôler l'état de son véhicule

Grâce à l'IRM, les chercheurs ont constaté des changements dans certaines régions du cerveau qui jouent un rôle important dans la mémoire et la pensée interne. Un phénomène associé "à des performances cognitives réduites et à des symptômes de dépression" souligne le Dr Jodie Gawryluk, professeur de psychologie à l'Université de Victoria et premier auteur de l'étude.

Les modifications dans le cerveau sont revenues à la normale après l'exposition mais, les effets pourraient perdurer quand l'exposition se prolonge. "Les gens voudront peut-être réfléchir à deux fois la prochaine fois qu'ils seront coincés dans la circulation avec les fenêtres baissées", a suggéré le Dr Carlsten. Avant de conclure : "Il est important de s'assurer que le filtre à air de votre voiture est en bon état de fonctionnement, et si vous marchez ou faites du vélo dans une rue animée, envisagez de vous détourner vers un itinéraire moins fréquenté."

VIDÉO - Quels sont les pays les plus pollués au monde ?