"Les deux disciplines se ressemblent" : rencontre avec la Vosgienne Noémie Cuny, danseuse et championne de boxe

Quand elle n’est pas sur un ring, elle danse. Dans les Vosges, la championne de boxe Noémie Cuny est à la fois la grâce et la force. Un parcours atypique que nous raconte la jeune femme.Noémie Cuny a été danseuse, bien avant de mettre des gants de boxe. "Nous avions été appelées pour danser lors d’un gala de boxe thaï" se souvient-elle. Séduite par la discipline mais ne pensant pas avoir le physique pour monter sur un ring, elle continue à se consacrer entièrement à la danse. Deux ans après, après "une relation difficile", elle se lance finalement dans la boxe pour, dit-elle, "évacuer tout ça". Une ceinture mondiale Danseuse depuis 7 ans, boxeuse depuis 4 ans, Noémie Cuny combine aujourd’hui ses deux passions. Si la danse est restée un loisir avec la troupe de Saint-Dié-des-Vosges Danser sans compter, la boxe est presque devenu un métier pour Noémie Cuny. Semi-professionnelle, elle a à son actif 14 combats, dont 12 victoires, 6 par KO. Sa plus belle victoire étant, à ce jour, le titre en Italie de championne du monde WFC de muay-thaï dans la catégorie des moins de 55 kg, en novembre 2019. Une consécration pour la jeune boxeuse. Des similitudes entre la boxe et la danse Souplesse, équilibre, agilité... Ses compétences de danseuse lui ont permis de très vite progresser en tant que boxeuse. "En danse, on doit toujours regarder devant soi et fixer un point. Dans la boxe, c’est pareil. Les pas aussi sont importants. C’est vrai que ces deux disciplines se ressemblent beaucoup", explique Noémie Cuny même si reconnaît-elle, "le monde de la danse est beaucoup plus féminin". Prochain grand défi pour la jeune le 5 décembre prochain : Noémie Cuny tentera de remporter, en Suisse, la ceinture européenne AFSO.