Deux concerts en ligne en hommage aux victimes du 13-Novembre

·2 min de lecture

Des concerts de l'Orchestre de chambre de Paris et du groupe de metal Queens of the stone age seront diffusés en ligne vendredi, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan et dans Paris.

La musique pour guérir les maux. Des concerts de l'Orchestre de chambre de Paris et du groupe de metal Queens of the stone age seront diffusés en ligne vendredi, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 au Bataclan et dans Paris. Le projet autour de l'Orchestre de chambre de Paris - qui jouera une création originale, "Il fait novembre en mon âme" du compositeur et poète franco-libanais Bechara El-Khoury, ainsi que la symphonie "Paris" de Mozart - est née de la sollicitation des parents d'une des victimes du Bataclan.

"Après la disparition tragique de son fils, une mère s'est adressée à la Fondation de France (partenaire de l'événement) dont elle connaissait l'action Nouveaux commanditaires. La commande d'une œuvre musicale s'est progressivement imposée", explique dans un communiqué Bruno Messina, directeur du festival Berlioz, qui a fait le lien entre toutes les composantes.

"Dès la première rencontre, mon rôle de médiateur au sein des Nouveaux commanditaires a consisté à accompagner les parents vers la réalisation de ce souhait: une œuvre d'art pour la mémoire", poursuit-il.

Enregistrée sans public en début de semaine, confinement oblige, et captée par France Musique depuis la Philharmonie de Paris, la prestation sera diffusée ce vendredi à 20h30 dans le cadre des commémorations de la Ville de Paris, sur le site et l'application Philharmonie Live et Arte Concert.

Un concert acoustique inédit

"Pour nous, il était essentiel de faire vivre cette date anniversaire avec une création autour de la musique", explique à l'AFP José Correia, responsable de la programmation d'Arte Concert.

Ce projet est également soutenu par la Sacem (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique).

Queens of the stone(...)


Lire la suite sur Paris Match