Deux cents soldats de la Grande Armée enterrés à Francfort

Par Luc de Barochez

L'inhumation du premier des 204 soldats de la Grande Armée retrouvés à Francfort, lors de la cérémonie, le 9 septembre, au cimetière sud de la ville.

Les corps ont été retrouvés fortuitement lors de la construction d'un supermarché. Le premier d'entre eux a été inhumé au cours d'une cérémonie militaire.


Ils sont morts, dans l'anonymat et le dénuement, avant d'avoir pu regagner la France. Quelque 204 soldats de la Grande Armée de Napoléon vont trouver leur repos final à Francfort, en Allemagne. Le premier d'entre eux a été inhumé le 9 septembre dans le carré militaire français du cimetière sud de la ville, lors d'une cérémonie à laquelle ont participé des officiers français et allemands.

Les corps des grenadiers napoléoniens, décédés en octobre 1813, ont été mis au jour de façon fortuite en 2015. Ils ont été découverts lors de fouilles archéologiques menées dans un chantier de construction d'un supermarché à Rödelheim, qui était il y a deux siècles un village d'un millier d'habitants à l'ouest de Francfort et qui est aujourd'hui un quartier de la ville. La Grande Armée y avait installé lors de sa retraite un hôpital de campagne, ce qui explique le nombre de morts.

Notre dossier : Dans les pas des soldats de Napoléon

La bataille des Nations

Le maire de Francfort, Peter Feldmann (SPD), a saisi l'occasion pour mettre en valeur l'amitié franco-allemande en soulignant lors de son discours qu'après les guerres napoléoniennes, menées en partie sur le sol allemand, il avait encore fallu trois autres guerres (1870-1871, 1914-1918, 1939-1945) pour que les deux nations décident enfin de se réconcilier. Lors de la cérémonie, organisée à l'initiative de la consule générale de France à Francfort Pascale Trimbach, la sonnerie aux morts, traditionnelle dans l'armée française, a été interprétée par des soldats de la Bundeswehr. Les hymnes nationaux allemand et français ont été joués et des poèmes de Victor Hugo et de Heinrich Heine ont été lus.

Octobre 1813. La Grande Armée n'est plus que l'ombre d'elle-même après la pénible retraite de Russie, plus (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

« Napoléon est le personnage historique le plus consulté sur Google après le Christ »
Enquête sur le squelette d’un général de Napoléon
« Protéger le mode de vie européen », la première polémique de von der Leyen
Macron à Rome le 18 septembre pour relancer la relation franco-italienne
Recevez la newsletter Le Point.fr