Deux ans de prison ferme en appel pour deux policiers qui avaient frappé un adolescent

·2 min de lecture

Le 20 février 2018, un jeune homme alors âgé de 16 ans rendait visite à son frère à Marseille lorsqu'il s'était fait frapper à coups de pieds et de poings après avoir fait des courses dans une épicerie de nuit.

Deux policiers marseillais qui avaient roué de coups un adolescent de 16 ans ont été condamnés mardi en appel à trois ans de prison dont deux ferme, peine assortie d'une interdiction définitive d'exercer leur métier, a-t-on appris auprès de leur avocat et de celui de la victime. La cour d'appel d'Aix-en-Provence a allégé quelque peu la peine prononcée en première instance, et qui était de quatre ans de prison dont deux ferme. "Elle a cependant alourdi la peine complémentaire en leur interdisant d'exercer définitivement, ce qui est incohérent", a dénoncé auprès de l'AFP leur conseil Me Gérald Pandelon.

Lors de son réquisitoire en septembre, l'avocat général Denis Vanbremeersch avait assuré qu'il n'aurait "pas demandé" l'interdiction d'exercer "s'ils avaient reconnu les faits". Le brigadier-chef Lionel Pourtalet et le gardien de la paix Thomas Bagnus, qui ne nient pas avoir patrouillé dans cette ruelle ce soir-là, ont toujours rejeté les accusations de violence et assurent même ne pas avoir rencontré la victime, Ishaq.

Les faits

Le 20 février 2018, ce jeune homme alors âgé de 16 ans rendait visite à son frère à Marseille lorsqu'il s'était fait frapper à coups de pieds et de poings après avoir fait des courses dans une épicerie de nuit. Il a expliqué que deux passagers d'une voiture de police s'étaient mis à le frapper sans raison après l'avoir éloigné au fond d'une impasse pour ne pas être vus. Son témoignage a été corroboré par l'épicier qui l'a vu juste après l'agression, et avait aussi remarqué l'équipage de police.

Ses agresseurs ont été identifiés par la description du véhicule et des fonctionnaires. Surtout, l'ADN de l'un des policiers avait été retrouvé sur un stylo siglé "Alliance" (un syndicat de police) que(...)


Lire la suite sur Paris Match