Deux ans après la mort de Philippe Gildas, Antoine de Caunes lui rend un hommage ému sur Instagram

·1 min de lecture

A l'approche de la date anniversaire du décès de Philippe Gildas, les souvenirs remontent à la surface pour Antoine de Caunes. L'ex-pilier de Canal+ a posté sur Instagram un message dans lequel il évoque la mémoire de son ami, décédé dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 octobre 2018 des suites d'un cancer. "Cet homme me manque" a écrit Antoine de Caunes en légende d'une photo où on le voit aux côtés de la marionnette de Philippe Gildas. Fin 2018, dans une interview qu'il nous avait accordé, Antoine de Caunes s'était confié sur les liens très forts qu'il avait avec l'ex-présentateur de Nulle part ailleurs. "Philou était notre figure centrale, le soleil autour duquel on tournait. Il est parti en paix. J'ai eu le temps de lui dire tout ce que je voulais. Il y a eu un passage de témoins en beauté. Sa disparition m'a renvoyé à une époque qui a été pour moi une parenthèse enchantée. Nulle part ailleurs, c'était un alignement des planètes incroyable. On était dans la naissance de quelque chose, avec des dirigeants qui n'étaient pas d'HEC, qui connaissaient la télé et n'étaient pas biberonnés aux tableaux Excel. Cela a réveillé en moi beaucoup de nostalgie."

Lors des obsèques de Philippe Gildas, qui a eu lieu au cimetière du Père-Lachaise, Antoine de Caunes lui avait rendu un hommage complètement déjanté, comme l'avait raconté notre confrère du Parisien Pierre Vavasseur, présent ce jour-là. "L’intervention d’Antoine de Caunes restera dans les annales. Ah ! Le sale gosse n’est pas près (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Jamie Foxx anéanti : sa petite soeur DeOndra est décédée à l'âge de 36 ans
M.Pokora en mode koala avec son fils Isaiah sur une plage de rêve ! (PHOTO)
Faustine Bollaert : adorable photo de son fils Peter avec Nessie, la chienne de la famille
Lorie Pester évoque sa grossesse : "J’étais un peu en déprime"
Nicolas Maury (Dix pour cent) adresse un - très - émouvant message à Nathalie Baye