Deux ans après l'incendie de la cathédrale de Nantes, la décontamination avance

© RFI - Matthieu Bonhoure

Deux ans après l'incendie qui a ravagé en partie la cathédrale de Nantes, chaque centimètre carré de l'édifice est recouvert de plomb. Le chantier à plus de deux millions et demi d'euros est titanesque, mais aussi minutieux pour enlever tous les résidus de cette dangereuse substance.

Avec notre correspondant à Nantes, Matthieu Bonhoure

Il faut enfiler deux combinaisons, un masque spécial, des gants, puis traverser cinq sas de décontamination avant de pouvoir entrer dans la nef de la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Nantes, touchée par un incendie le 18 juillet 2020.

« Les personnes qui viennent travailler ne peuvent intervenir que par vacation. Ils travaillent pendant deux heures et demie, ils sont obligés de ressortir de la cathédrale durant une demi-heure parce que ce serait trop dangereux pour les salariés », explique Anne-Marie Chépeau Malhaire, ingénieure en charge de la décontamination et des travaux de restauration.

► À lire aussi : Incendie dans la cathédrale de Nantes: les aveux d’un bénévole rwandais

Les 20 ouvriers portent un masque à respiration assistée et des combinaisons. Ils nettoient chaque centimètre carré avec de gros aspirateurs spéciaux. Certaines zones comportaient 90 000 microgrammes de plomb par mètre carré, alors que la norme est à 1 000 seulement. « On en a déjà fait descendre beaucoup, mais il va falloir qu’on en fasse descendre davantage », note Anne-Marie Chépeau Malhaire.

« Ce qui a été le plus compliqué à réaliser pour nous, c’est que c’est très grand. Les voutes sont à 37 mètres. C’est impressionnant », indique Alexandre Godet qui supervise la décontamination en hauteur. Cachées sous des bâches de protection pour éviter que les poussières de plomb ne se redéposent dessus, une vingtaine de tableaux endommagés sont traités sur place. « Le mieux pour les œuvres, c’est de les laisser dans l’espace dans lesquels elles sont habituellement. On mobilise certaines chapelles comme des réserves », explique Clémentine Mathurin, conservatrice du patrimoine.

La dépollution sera terminée en septembre. Il faudra ensuite restaurer l'édifice. Objectif : une réouverture partielle de la cathédrale en 2025.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles