Deux ans après la disparition de la petite Serenity, la police suspend les recherches

·2 min de lecture

La police américaine a annoncé suspendre les recherches sur la disparition de la petite Serenity Dennard, disparue à 9 ans de la maison d’accueil pour enfants où elle vivait.

Faute de nouveaux éléments, la police du Dakota du Sud a décidé de suspendre les recherches. Le shérif du comté de Pennington a fait savoir dans une publication sur Facebook que son équipe avait suivi plus de 275 pistes et parcouru des milliers de kilomètres pour tenter de retrouver la petite Serenity Dennard, disparue en février 2019.

Elle avait été vue pour la dernière fois en train de courir, sans manteau, hors de la maison pour l’enfance dans laquelle elle vivait, la Black Hills Children's Home, près de Rockerville. Les autorités ont rapidement partagé leurs inquiétudes en raison du froid et la neige qui venaient de durement toucher la région. «Si Serenity était dehors, il y a peu de chances qu’elle ait survécu. Nous n’avons pas exclu la possibilité qu’elle ait trouvé un endroit chaud où se cacher ou bien que quelqu’un ait réussi à la secourir. Nous poursuivons une enquête active et nous suivrons toutes les pistes», avait fait savoir en conférence de presse le bureau du shérif du comté de Pennington.

Le dossier reste ouvert

Serenity, âgée de 9 ans, et trois autres enfants étaient surveillés par deux employés de la maison lorsqu’un enfant a échappé à leur surveillance. La petite Serenity a profité de ce moment de flottement pour prendre la fuite. Une fois qu’ils ont compris la situation, les employés ont appelés les secours. Parce que la fillette ne semblait pas avoir été enlevée, le plan Alerte Enlèvement n’avait pas été mis en place. Un avis de recherche avait en revanche été rapidement publié.

Le «Jamestown Sun» expliquait à ce moment-là que la Black Hills Children's Home est une association qui prend soin d’enfants souffrants de problèmes émotionnels ou de comportements dus notamment à des violences familiales,(...)


Lire la suite sur Paris Match