Deux ados accusés d’avoir tué 14 kangourous géants

·1 min de lecture

En Nouvelle-Galles du Sud (Australie), la police a annoncé avoir arrêté deux adolescents qui auraient volontairement tué 14 kangourous dont des petits. 

Deux adolescents australiens ont été inculpés mardi pour la mort de 14 kangourous géants qu'ils sont accusés d'avoir «délibérément tués», dans une ville balnéaire située à quatre heures de route de Sydney. Les deux garçons, âgés de 17 ans, ont été arrêtés après la découverte samedi des kangourous morts, dont deux petits, près de Batemans Bay, au sud de la capitale, a indiqué la police de l'État de Nouvelle-Galles du Sud. 

«Un acte tragique et insensé qui a profondément marqué les bénévoles venus sur les lieux, ainsi que les habitants», a commenté sur Facebook l'organisation de sauvegarde de la faune sauvage Wires. La police a indiqué avoir trouvé les marsupiaux morts dans deux zones distinctes. Un bébé kangourou, retrouvé inanimé mais qui a survécu, a été surnommé «Hope» (Espoir) par les sauveteurs.

Enquête en cours

«Étonnamment, elle se porte incroyablement bien», a précisé Janelle Renes, présidente de la Mid South Coast pour Wires, à la chaîne de télévision nationale ABC. «Quand elle est arrivée ici, elle était presque sans vie» et «il a fallu environ deux heures pour la réchauffer et pour voir des signes réels qu'elle allait survivre», a-t-elle raconté. 

A lire : Un kangourou meurt dans un zoo sous les jets de pierres des visiteurs

Convoqués par la justice, les deux garçons devront s'expliquer devant un tribunal pour enfants le 22 novembre. La police a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances du drame. Les enregistrements de caméras de surveillance vont être visionnés. 

Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Une bagarre entre deux kangourous filmée devant un bar

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles