Dette : le sujet restera inaudible tant que l'on sera en "opération survie"

·1 min de lecture

Le projet de Loi de Finances pour 2021 sera présenté ce lundi matin en Conseil des ministres. Un projet exceptionnel, pour une période exceptionnelle.
Et avec des chiffres exceptionnels. Une augmentation de 8% de croissance après une dégringolade de 10% cette année. Et surtout, un déficit de près de 7%, largement dû, évidemment, aux fameux 100 milliards du plan de relance. C’est cet aspect-là du Projet de Loi de Finances que vont se focaliser les débats. Mais attention, pas sur la somme, car tout le monde a l’air d’approuver ce choix.
Pas sur les 100 milliards, on débattra donc sur leur utilisation ?

Absolument ! Des contreparties qu’il faudra demander ou pas aux entreprises en échanges des aides qui leur seront allouées. C’est là-dessus que va se dérouler l’affrontement politique, principalement entre la gauche et le gouvernement. Avec un argumentaire classique pour la gauche, une aide c’est un cadeau qu’il faut rendre (on avait déjà eu cette ritournelle au moment du CICE). Pour le gouvernement, une aide c’est une bouée de survie dans un environnement devenu totalement instable, hostile même.

Quelle position aura la droite dans ce débat ?

Elle est embarrassée. Son problème, c’est qu’avec cette invraisemblable crise économique et sociale liée au Covid, elle a perdu un de ses principaux marqueurs politiques. Pendant les trois premières années du quinquennat Macron, la droite a braqué les projecteurs sur l’incapacité du chef de l’État à réduire le train de vie de l’administrati...


Lire la suite sur Europe1