Dette : le FMI et le G20 au chevet de la Zambie

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Après des années de relations tendues, la Zambie déclare désormais vouloir travailler avec le FMI pour maîtriser sa dette et se conformer à ses directives.
Après des années de relations tendues, la Zambie déclare désormais vouloir travailler avec le FMI pour maîtriser sa dette et se conformer à ses directives.

L'administration du président Edgar Lungu a accumulé des dettes massives ces dernières années, en grande partie pour des projets d'infrastructure à grande échelle. Le niveau de la dette a maintenant explosé pour se situer à environ 12 milliards de dollars ( soit 9,97 milliards d'euros), dont la moitié provient de créanciers privés. Résultat : la Zambie est devenue le premier pays africain à faire défaut sur sa dette en novembre à cause du coronavirus. Le pays n'a pas eu d'autre choix que de se tourner vers le Fonds monétaire international, avec lequel il a entamé jeudi des discussions en vue de l'obtention de facilités de paiement.

À LIRE AUSSILa Zambie prise dans l'étau de ses dettes

La Zambie et le FMI commencent à discuter

Ce pays d'Afrique australe, deuxième producteur de cuivre du continent, a déjà manqué deux échéances ces trois derniers mois, alors que la pandémie de coronavirus a fait chuter de près d'un tiers ses revenus miniers entre février et avril, selon la Chambre nationale des industries minières. Et surtout, les discussions virtuelles avec le FMI, qui doivent se tenir jusqu'au 3 mars, se tiennent dans un contexte particulier puisque des élections présidentielles et législatives sont prévues en août prochain. Le secrétaire au Trésor Fredson Yamba a indiqué en janvier qu'elles porteraient notamment sur une augmentation de la protection sociale et le soutien aux secteurs de l'agriculture et de l'énergie. Un accord avec le FMI pourrait aboutir à u [...] Lire la suite