La « dette Covid », un enjeu politique pour la présidentielle de 2022

Thibaut Le Gal
·1 min de lecture

FINANCES - Les dépenses publiques liées à la crise du coronavirus atteignent désormais près de 150 milliards d'euros, et la question d'un remboursement de cette dette est aujourd'hui posée

La « dette Covid » au cœur des débats. Au début de l’épidémie, en mars 2020, Emmanuel Macron promettait de soutenir les Français et les entreprises en difficulté face à « la plus grave crise sanitaire depuis un siècle ». Et ce, « quoi qu’il en coûte » aux finances du pays. Près d’un an plus tard, ces dépenses s’élèvent à près de 150 milliards d’euros. Alors que certains s’inquiétaient, en fin d’année 2019, que la dette publique du pays dépasse les 100% du PIB, celle-ci devrait s’envoler en fin d’année 2021 à 122,4 % de la richesse nationale.

Un temps éludée, la question de la facture est aujourd’hui posée. Faut-il rembourser la partie de la dette liée consacrée au coronavirus ? Et, si oui, qui va la payer ? Les politiques s’emparent aujourd’hui de cette question délicat(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Laurent Berger : Le sujet des retraites n’est « pas abordable avant 2022 »
Après la fin de la crise, Bruno Le Maire estime que la réforme des retraites sera nécessaire
Réforme des retraites : Une « excellente première réforme de deuxième quinquennat », pense Richard Ferrand