Climat: ne dites plus qu'on "détruit la planète", c'est plus pervers que ça

Matthieu Balu
·Journaliste sciences video au HuffPost.
·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

PLANÈTE - Est-on vraiment en train de “détruire” la planète? Même si elle est en train de prendre un sacré coup de chaud, la planète, elle en a vu d’autres. Et on pourrait même dire que malgré les bouleversements qu’elle est en train de vivre, elle s’en remettra... Ce qui ne veut pas dire que c’est une bonne nouvelle: ni pour la planète, ni pour la biosphère, ni pour nous les humains.

Le bouleversement du climat et les extinctions d’espèces qui l’accompagnent sont catastrophiques, et vont avoir des conséquences à long terme auxquelles il faut s’adapter... dès maintenant. Attention dans le cas contraire à un avenir où les éponges seront mieux armées que nous pour s’adapter à l’ère nouvelle, comme vous pouvez le découvrir dans l’Enver(t) du décor, le podcast environnement du service sciences du HuffPost.

Apple Podcasts
Apple Podcasts
Spotify
Spotify
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les sources utilisées pour ce podcast :

  • L’étude de la NASA démontrant que notre planète a tendance à devenir plus verte sous l’effet du carbone

  • La recherche prouvant que les arbres tendant à rajeunir sur la planète

  • Une histoire de la concentration de CO2 sur notre planète

  • Une conférence du paléoanthropologue Arnaud Brayart sur la repopulation marine après l’extinction du permien-trias.

  • L’étude de 2017 démontrant sans fard que nous sommes dans la 6e extinction de masse

  • Une conférence du climatologue Benjamin Pohl sur la variation du climat

  • Le rapport 2020 des Nations Unies qui place le réchauffement entre 1,5...et 7° de réchauffement

Lire aussi:

Recycler, composter... Nos petits gestes pour la planète, ça sert vraiment?

À Fukushima, le Japon relâche de l'eau radioactive mais nos centrales aussi

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.