La destruction des étoiles par des trous noirs trahie par les neutrinos émis

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Une large équipe internationale de chercheurs en physique des astroparticules vient de publier dans Nature Astronomy deux articles dont des versions se trouvent en accès libre sur arXiv et qui vont probablement intéresser Jean-Pierre Luminet.

Certes, la découverte exposée n’est pas directement liée aux mystères de l’écume de l’espace-temps qu’il explore dans son dernier ouvrage mais elle concerne tout de même les travaux qu’il a menés avec Brandon Carter il y a presque 40 ans. Les deux astrophysiciens relativistes, tout deux à l'Observatoire de Paris à cette époque, ont été les pionniers de ce que l’on appelle en anglais le phénomène de Tidal disruption event (ou TDE), ce qui peut se traduire par « évènement de rupture par effet de marée ».

Comme le montre leur publication dans le célèbre journal Nature en 1982, suivie d'une autre dans Astronomy & Astrophysics en 1983, un TDE se produit avec une étoile dont la trajectoire trop rapprochée d’un trou noir supermassif conduisait ses forces de marée à comprimer l'étoile jusqu'à produire ce qu'ils ont appelé une crêpe stellaire à cause de la forme de la déformation causée par ces forces. L’étoile pouvait finir par exploser en réponse et ses débris étaient donc avalés en partie par l’astre compact.


Une vue d'artiste d'un TDE. © Deutsches Elektronen-Synchrotron

L’explosion étant similaire à celle d’une supernova génitrice d’une étoile à neutrons ou d’un trou noir stellaire, on pouvait s’attendre à ce qu’un copieux flux de neutrinos soit émis. On pouvait aussi s’attendre à la production de neutrinos particulièrement énergétiques car les abords d’un trou noir de Kerr en rotation ont de bonnes raisons de se comporter comme un accélérateur de particules géant. Comme un trou noir supermassif est un monstre gorgé d’énergie de masse et d’énergie de rotation, indépendamment de l’existence de TDE, on suppose depuis des décennies que ces trous noirs géants sont probablement à l’origine des rayons cosmiques à ultra-haute énergie...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura