Destitution de Trump: la piètre performance de Bruce Castor fait l'unanimité contre lui

·1 min de lecture

Le Sénat est entré mercredi 10 février dans le vif du procès en destitution de Donald Trump, avec le détail des charges contre l’ancien président, accusé d’incitation à l’insurrection. Mais les Démocrates et Républicains se sont entendus sur un point lors de la première journée mardi 9 février : la piètre performance d'un des avocats de Donald Trump, Bruce Castor.

C'est un consensus rare dans ce procès en destitution : Bruce Castor n'est pas au niveau. Cet ancien procureur d'un comté de Pennsylvanie a ouvert la plaidoirie de la défense de Donald Trump. Et à l’issue de sa prestation de 48 minutes, Démocrates et Républicains ont critiqué la faiblesse de ses arguments, un discours confus et des tournures alambiquées.

« Il parlait pour ne rien dire », résume John Cornyn, avocat et sénateur républicain du Texas.

Un sénateur de Louisiane, Bill Cassidy, dit même avoir voté avec les Démocrates pour la poursuite des audiences, face à l'incapacité de la défense de démontrer qu'un procès serait inconstitutionnel.

Selon plusieurs médias américains, Donald Trump lui-même ne serait pas satisfait de la performance de son avocat. Et sacrilège supplémentaire, Bruce Castor l'a qualifié d'« ancien président » : il concède par conséquent que Donald Trump a perdu l’élection de 2020… ce que ce dernier n'a jamais reconnu.

L'avocat, lui, ne s'est pas démonté. Bruce Castor soutient que la journée a été « bonne » et qu'il ne « changera rien » d'ailleurs lors des prochaines audiences.

À lire aussi : Procès en destitution de Trump: Bruce Castor et David Schoen, deux avocats au front