Destitution : pour Donald Trump, l'enquête des démocrates est "une blague"

LExpress.fr
Trump "a directement et explicitement invité une ingérence étrangère dans nos élections", a déclaré de son côté le parlementaire chargé de la nouvelle phase d'enquête.

La guerre des mots fait rage de l'autre côté de l'Atlantique. Dans le cadre de l'enquête en destitution du président américain Donald Trump, les échanges sont de plus en plus vifs d'un camp à l'autre. Alors que le parlementaire démocrate chargé de la nouvelle phase d'enquête a déclaré ce mercredi que le chef d'État était "prêt à mettre en péril" la sécurité des Etats-Unis pour tirer un bénéfice personnel dans l'affaire ukrainienne, ce dernier a rétorqué que l'enquête n'était qu'une "blague". 

LIRE AUSSI >> Procédure de destitution: comment Trump veut tirer profit d'un procès au Sénat 

"Ce qu'ils font est une très mauvaise chose pour notre pays", "c'est une blague", a fustigé le chef d'Etat lors d'une rencontre avec le Premier ministre italien en marge du sommet de l'Otan à Watford, près de Londres. "De faire ça un jour comme celui-ci pendant que nous sommes à Londres (...) honnêtement, c'est une honte", a-t-il ajouté. 

"Coup d'Etat partisan"

Son parti le soutien et tente de décrédibiliser l'entreprise démocrate contre le président. Un parlementaire républicain a ainsi suggéré que les démocrates voulaient monter un "coup d'Etat". La procédure est une "imposture", a dénoncé Doug Collins, numéro deux de la commission judiciaire de la Chambre des représentants.  

LIRE AUSSI >> Cinq questions sur la procédure de destitution lancée contre Trump 

Il a repris, ironique, une ancienne déclaration du président démocrate de la commission, Jerry Nadler, lors de la procédure de destitution de Bill Clinton : "Ce coup d'Etat partisan sera marqué d'infamie dans l'Histoire de la Nation". 

La veille, la Maison blanche avait déjà dénoncé "l'imposture" de cette enquête qui n'a produit "aucune preuve" en réponse au rapport de la commission parlementaire selon lequel "le président Trump, personnellement et par l'entremise d'agents dans et en dehors du gouvernement, a sollicité l'ingérence d'un pays étranger, l'Ukraine, pour favoriser sa campagne de réélection" avançant des "preuves accablantes". 

Retrouver cet article sur L'Express.fr

États-Unis : Nancy Pelosi demande la rédaction de l'acte d'accusation contre Donald Trump

Destitution : pour Donald Trump, l'enquête des démocrates est "une blague"

L'enquête en destitution contre Trump a rassemblé des "preuves accablantes"

Procédure de destitution: comment Trump veut tirer profit d'un procès au Sénat