Destitution de Trump: les démocrates retiennent deux chefs d'accusation

AFP
Donald Trump, ici à la Maison Blanche à Washington le 9 décembre 2019.

ÉTATS-UNIS - Les démocrates ont retenu ce mardi 10 décembre deux chefs d’accusation contre Donald Trump dans la procédure de destitution qui vise le président américain: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Les démocrates ont ensuite publié l’acte d’accusation, un document de neuf pages qu’ils comptent soumettre rapidement au vote de la Chambre des représentants où ils sont majoritaires. “La conduite du président a démontré qu’il resterait une menace pour la Constitution s’il était autorisé à rester au pouvoir”, précise le texte.

Lorsque ces chefs seront adoptés en séance plénière, sans doute la semaine prochaine, à la Chambre des représentants où les démocrates sont majoritaires, Donald Trump deviendra le troisième président de l’histoire à être mis en accusation au Congrès américain.

Il ne sera toutefois vraisemblablement pas destitué, puisque le Sénat, chargé de le juger, est contrôlé par les républicains qui font largement bloc autour de lui.

“Aujourd’hui, au nom de la Constitution et de notre pays, la commission judiciaire de la Chambre introduit deux articles de mise en accusation contre le président des États-Unis, Donald Trump, pour crimes et délits majeurs”, a annoncé le chef démocrate de cette commission, Jerry Nadler, en citant les chefs d’abus de pouvoir et d’entrave à la bonne marche du Congrès. 

“Nous sommes ici aujourd’hui car l’abus par le président de ses pouvoirs ne nous a laissé aucune autre alternative”, a ajouté Adam Schiff, le chef de la commission du Renseignement, qui a mené plus de deux mois d’enquête sur l’affaire ukrainienne.

“Jerry Nadler (chef de la commission judiciaire de la Chambre des représentants) vient de dire que j’avais ‘fait pression sur l’Ukraine en vue d’une interférence dans l’élection de 2020′. Ridicule, et il sait que ce n’est pas vrai”,a tweeté Donald Trump en réaction, dénonçant une nouvelle fois “une chasse aux sorcières”.

Retrouvez cet article sur le Huffington Post