Les dessinateurs de presse, témoins du procès des attentats de janvier 2015

franceinfo
·1 min de lecture

Au procès des attentats de janvier 2015 qui a débuté le 2 septembre pour dix semaines, un autre regard : celui des dessinateurs de presse. Ils sont tous les jours dans la salle d’audience et font vivre ce procès par leurs croquis. Dans les pages de Charlie Hebdo, dans celles des quotidiens, sur les pages Internet ou les réseaux sociaux, ces illustrations ont la cote et donnent une image différente de ce procès historique.

Le matin, ils sont les premiers à entrer dans la salle d’audience, juste après les forces de l'ordre. Ils arrivent tôt pour mettre en place les palettes, les gobelets d’eau et les supports. Le président et ses quatre assesseurs sont en hauteur et les dessinateurs s’installent juste en dessous. Commencent alors les ballets des crayons, des mediums, de l’encre de chine et des pinceaux.

Des instantanés de moments du procès

Ils sont quatre parfois parfois cinq. Parmi eux il y a François Bouc, dessinateur et auteur de bandes dessinées reconnu. Il illustre les comptes rendus d’audience de Yannick Haenel pour Charlie Hebdo et il n’a pas raté une audience depuis le 2 septembre. Dans son carton tous les soirs, entre 12 et 15 grandes feuilles, des instantanés de moments du procès. "C'est un travail très spontané celui du dessinateur d'audience, parce que les choses sont très (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi