Le dessin du jour. Erdogan, meilleur ennemi de l’Union européenne

Courrier international (Paris)
1 / 2

Le dessin du jour. Erdogan, meilleur ennemi de l’Union européenne

Le président turc Recep Tayyip Erdogan était en visite à Bruxelles le lundi 9 mars pour s’entretenir avec Charles Michel, président du Conseil européen, et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission. Au programme : la question migratoire et la situation de crise qui s’est formée à la frontière turco-grecque depuis dix jours.

En vertu d’un accord scellé en mars 2016 avec l’Union européenne (UE), la Turquie s’était engagée à contrôler l’afflux de migrants vers le territoire européen, en échange de six milliards d’euros, de visas facilités pour ses ressortissants, et d’une reprise des négociations sur son adhésion à l’UE.

À lire aussi: Crise des réfugiés. L’UE vend son âme pour un accord avec Ankara

À la fin de février dernier, dénonçant le manque de soutien de l’Union européenne sur le terrain syrien et la mauvaise application de l’accord de 2016, Erdogan a annoncé l’ouverture de la frontière turco-grecque. Cette déclaration a provoqué l’afflux de milliers de migrants qui, refoulés par les forces de l’ordre grecques, se retrouvent bloqués dans des conditions très difficiles.

L’UE finira par céder

Comme le souligne la chaîne allemande Das Erste, la relation de l’UE avec Erdogan est inconfortable : l’Union compte sur lui pour contrôler ses frontières, mais elle ne veut pas céder à ses pressions. Dès la signature de l’accord de 2016, des voix critiques prévenaient qu’en déléguant à ce président autoritaire la surveillance de la frontière l’Europe s’exposait à des chantages et aurait bien plus de mal à dénoncer ses violations répétées des droits de l’homme. Ce que rappelle la dessinatrice suisse Bénédicte dans cette illustration.

Pour l’heure, la rencontre du 9 mars a livré un bien maigre bilan. Mais l’UE finira certainement par accepter d’augmenter son financement, assure un éditorialiste de Bloomberg. La crise migratoire de 2015 a eu un tel impact sur la politique européenne et la montée de l’extrême droite que l’UE fera tout pour que cela ne se reproduise pas.