Desmond Tutu, icône de la lutte anti-apartheid, s'est éteint à 90 ans

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'archevêque Desmond Tutu, la conscience de l'Afrique du Sud mais aussi une espièglerie et un rire puissant, est mort dimanche à 90 ans.  

C'est le dernier de cette génération d'icônes de la lutte contre l'apartheid: l'archevêque Desmond Tutu, la conscience de l'Afrique du Sud mais aussi une espièglerie et un rire puissant, est mort dimanche à 90 ans. Jusqu'à son dernier souffle, le prix Nobel de la paix a imposé sa petite silhouette ronde et son franc-parler légendaire pour dénoncer les injustices et écorner tous les pouvoirs, quels qu'ils soient. Le président Cyril Ramaphosa a exprimé "au nom de tous les Sud-Africains sa profonde tristesse suite au décès" de ce "patriote sans égal", figure essentielle de l'histoire sud-africaine, en annonçant la nouvelle dans la matinée.

Sa mort "est un nouveau chapitre de deuil dans l'adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée", a ajouté le président. "Un homme d'une intelligence extraordinaire, intègre et invincible contre les forces de l'apartheid, il était aussi tendre et vulnérable dans sa compassion pour ceux qui avaient souffert de l'oppression, de l'injustice et de la violence sous l'apartheid, et pour les opprimés et pour les oppresseurs du monde entier", a rappelé M. Ramaphosa. Après l'avènement de la démocratie en 1994, et l'élection de son ami Nelson Mandela à la tête du pays, Tutu, qui a donné à l'Afrique du Sud le surnom de "Nation arc-en-ciel", avait présidé la Commission vérité et réconciliation (TRC) qui, espérait-il, devait permettre de tourner la page de la haine raciale.

The Arch, comme il était surnommé affectueusement par les Sud-Africains, était affaibli depuis plusieurs mois. Il ne parlait plus en public mais saluait les caméras présentes à chacun de ses déplacements, sourire ou regard malicieux, lors de sa vaccination(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles