Deschamps réagit aux propos de Le Graët sur Zidane

Didier Deschamps était à Nice ce mercredi 11 janvier pour le lancement de l’opération Pièces Jaunes avec la Première dame, Brigitte Macron.
VALERY HACHE / AFP Didier Deschamps était à Nice ce mercredi 11 janvier pour le lancement de l’opération Pièces Jaunes avec la Première dame, Brigitte Macron.

FOOTBALL - Du « respect » malgré la « rivalité sportive ». Le sélectionneur de l’équipe de France de football Didier Deschamps était en déplacement à Nice ce mercredi 11 janvier à l’occasion du lancement de l’opération « Pièce jaunes ». Et naturellement, il devait s’attendre à être interrogé sur la mise en retrait du président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, ainsi que sur les propos tenus par ce dernier au sujet de Zinédine Zidane. Alors « DD » a préféré prendre les devants et réagir de lui-même lors d’un point presse improvisé.

« Avant que l’on me pose des questions, je préfère dire quelques mots sur les déclarations de mon président, a commencé Didier Deschamps. Ses propos, comme il l’a reconnu et admis ont été inappropriés. Je trouve que c’est une très bonne chose qu’il ait présenté ses excuses à Zizou. » Et ce fut tout au sujet du changement de patron à la Fédération, où « NLG » a été remplacé ce mercredi par l’un de ses disciples, Philippe Diallo.

« J’aurai toujours beaucoup de respect pour Zidane »

Récemment reconduit « à l’unanimité » par le « Comex » de la FFF à son poste de sélectionneur des Bleus, le technicien est ensuite rapidement passé sur un sujet moins polémique que la situation inflammable dans laquelle se trouvait Noël Le Graët jusqu’à son éviction. Et c’est ainsi qu’il a embrayé sur Zinédine Zidane, et reconnu que son rôle de sélection pouvait le mettre en concurrence avec son ancien coéquipier. « La situation sportive fait que cela a amené à une rivalité sportive entre nous deux. Voire pour certains une opposition », a-t-il commenté à ce propos.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Avant de nier toute opposition entre eux. « J’aurai toujours beaucoup de respect pour lui par rapport à ce que l’on a vécu et partagé, assure ainsi Didier Deschamps. Déjà dans notre première vie comme joueurs et par rapport à ce qu’il est, à ce qu’il représente dans le football et le sport français. »

En début de semaine, le président de la FFF s’était attiré les foudres de l’opinion publique, du monde du football et même de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, pour son manque de considération à l’égard de « Zizou ». Interrogé pour savoir si la légende du foot, qui faisait office d’option numéro 1 à la tête des Bleus en cas de non-renouvellement du contrat de Deschamps à la tête de l’équipe de France, Noël Le Graët s’était montré très cassant envers l’ancien meneur de jeu, champion du monde en 1998 sous le maillot tricolore.

Le Graët en retrait, Deschamps dans l’embarras

« Je ne l’aurais même pas pris au téléphone. Pour lui dire quoi ? ’Bonjour monsieur, ne vous inquiétez pas, cherchez un autre club, je viens de me mettre d’accord avec Didier’ ? », avait-il lâché. Le Graët, âgé de 81 ans, avait également répondu sèchement aux rumeurs faisant état de l’intérêt de Zidane pour la sélection du Brésil : « Je n'en ai rien à secouer, il peut aller où il veut », avait-il notamment déclaré.

Des déclarations jugées indignes d’un président, d’autant qu’elles sont couplées à des accusations de comportements sexistes. Des soupçons qui ont rebondi cette semaine avec la prise de parole de l’agente de joueurs Sonia Souid, et qui ont donc valu à Noël Le Graët d’être mis en retrait par le comité exécutif de la FFF ce mercredi 11 janvier.

Invité à réagir sur la mise en retrait au cours de sa prise de parole de ce mercredi, le sélectionneur des Bleus n’a donc pas souhaité aller plus loin. « Ce n’est pas prévu, ce n’est pas prévu aujourd’hui », a estimé le technicien avant de voir Brigitte Macron, la Première dame, se muer en libéro, voler à son secours et enchaîner sur un autre sujet.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi