Deschamps, Parker ou Mossely conviés à la cérémonie d'investiture de Macron

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La boxeuse française Estelle Mossely, sur le perron de l'Élysée à Paris le 7 mai 2022 - LUDOVIC MARIN / AFP
La boxeuse française Estelle Mossely, sur le perron de l'Élysée à Paris le 7 mai 2022 - LUDOVIC MARIN / AFP

887906353001_6304192811001

Plus de 450 invités ont assisté à la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron, dont le second quinquennat à la présidence de la République sera officiellement lancé dans la soirée du 13 mai. Quelques personnalités du monde du sport français ont été conviées dans la salle des fêtes de l'Élysée pour cet événement au protocole très codifié: les champions olympiques de boxe Brahim Asloum et Estelle Mossely, le sélectionneur de l'équipe de France de football Didier Deschamps et l'ancien basketteur Tony Parker.

La cérémonie s'est déroulée en présence de Karl Olive, maire de Poissy auparavant journaliste sportif et membre du conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP). Le gouvernement n'ayant pas encore été remanié, le ministre Jean-Michel Blanquer et la ministre déléguée Roxana Maracineanu, tous deux en charge des Sports, étaient au rendez-vous, comme tous les autres membres de l'équipe gouvernementale de Jean Castex.

Une classe sous le symbole des JO 2024

Des élèves de 6e de l'Oise se trouvaient aussi à l'Élysée. Leur classe a la particularité d'être labellisée "Génération 2024", en vue des prochains Jeux olympiques prévus à Paris. "Je suis content que vous soyez là pour ce moment républicain. Maintenant, c'est vous qui allez préparer la suite", leur a dit le chef de l'État.

Lors de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, des dizaines de sportifs avaient appelé à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. Brahim Asloum, Estelle Mossely et Tony Parker faisaient partie des signataires d'une tribune diffusée dans la presse nationale.

Tony Parker, parfois cité comme potentiel futur ministre des Sports, avait ensuite fait savoir qu'il ne convoitait pas cette responsabilité. "Non ça ne m'intéresse pas, a-t-il affirmé fin avril sur BFM Business. Je suis très content de tout ce que je fais dans le business, je suis animé par la transmission, j’ai envie de redonner à mon pays et je pense pouvoir le faire en tant qu’entrepreneur".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles