Deschamps maintenu à la tête des Bleus : "C'est un peu féodal", pointe Bernard Pascuito

·1 min de lecture

Sauf cataclysme ou rebondissement inattendu, Didier Deschamps fêtera l'été prochain son dixième anniversaire à la tête de l'équipe de France. Le sélectionneur des Bleus, en poste depuis 2012, a été confirmé dans ses fonctions, jeudi, par le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, et ce en dépit de l'élimination des tricolores en huitièmes de finale de l'Euro contre la Suisse. Pour Bernard Pascuito, auteur de Didier Deschamps, la victoire et rien d'autre (éditions du Rocher), cela relève d'une logique "un peu féodale" au sommet du football français.

Le Graët "nous a roulés dans la farine"

Sur Europe 1, vendredi, l'écrivain estime que ce maintien "était décidé avant même de réfléchir" à l'éventualité de cette reconduction. "Comme souvent avec Noël Le Graët, ce n'est pas très clair. D'abord, il dit qu'il va se donner huit jours de réflexion. Ensuite, il indique qu'ils vont avoir une longue journée d'échanges. Hier (jeudi, ndlr), il nous annonce que dès la première poignée de main, quand Deschamps est arrivé, le sort a été scellé. Je n'y comprends rien", raille-t-il.

>> Abonnez-vous à notre newsletter sur l'Euro pour ne rien manquer de la compétition

Bernard Pascuito va même plus loin dans la critique du puissant patron de la FFF : "Depuis longtemps, il fait beaucoup d'erreurs", dénonce-t-il à propos de Noël Le Graët. "C'est un monsieur qui est très politique. Il nous a encore roulés dans la farine après la défaite en disant 'je vais recevoir ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles