La descente d'organe, ou prolapsus, une pathologie méconnue et encore taboue

·1 min de lecture

Plus connu sous le nom de "descente d'organes", le prolapsus génito-urinaire est une pathologie "essentiellement féminine", explique Yannick Rouach, chirurgien-urologue, au sein de l'Hôpital privé d'Antony, dans les Hauts-de-Seine. Le risque qu'une femme soit opérée pour cette maladie est de 11 à 19% au cours de sa vie, selon le site de l'Assurance maladie. Mais en quoi consiste cette pathologie, comment reconnaître les signes ? Dans Sans Rendez-Vous, le chirurgien urologue fait le point sur ce trouble encore méconnu et très impressionnant.

Un glissement des organes pelviens

Le prolapsus correspond chez la patiente à un glissement des organes du petit bassin vers le bas, soit le vagin. D'ordinaire, la vessie, l'utérus et le rectum sont soutenus par le plancher pelvien, ou périnée. Or lorsque les tissus ou les ligaments de cette zone se distendent, ces organes "peuvent se décrocher et par gravité descendre, et faire issue par le vagin", explique Yannick Rouach. Le terme cystocèle désigne le prolapsus de la vessie, l'hystérocèle celui de l'utérus et le rectocèle, plus rare et qui peut aussi concerner les hommes dans des cas précis, pour le rectum.

>>Retrouvez l'intégralité de Sans rendez-vous en replay et en podcast ici

Avant d'être extériorisés, dans certains cas, les organes pelviens appuient sur la paroi vaginale, créant une gêne chez les personnes touchées. Pour éviter que le prolapsus atteigne un stade avancé, il est important de faire attention au signe pour repére...


Lire la suite sur Europe1