Des milliers de Rohingyas portés disparus au large de la Birmanie

Camp de réfugiés rohingyas, une ethnie de confession musulmane, près de Sittwe, en Birmanie. Plusieurs milliers d'entre eux, déplacés pour des raisons confessionnelles, sont portés disparus depuis qu'ils ont quitté le pays ces derniers semaines. /Photo prise le 13 novembre 2014/REUTERS/Minzayar

BANGKOK (Reuters) - Plusieurs milliers de Rohingyas, une ethnie de confession musulmane vivant dans l'ouest de la Birmanie, sont portés disparus depuis qu'ils ont quitté le pays ces dernières semaines, a déclaré samedi Chris Lewa, du Projet Arakan, une ONG qui surveille les migrations dans le Golfe du Bengale. Près de 1,1 million de Rohingyas vivent en Birmanie, dans l'Etat de Rakhine (ou Arakan). Quelque 140.000 d'entre eux ont été déplacés par des violences confessionnelles contre la communauté bouddhiste en 2012. La plupart des Rohingyas sont apatrides. La question de leur protection et de leur accès à la citoyenneté a été relayée cette semaine par le président américain Barack Obama lors de sa visite en Birmanie. D'après Chris Lewa, du Projet Arakan, 12.000 Rohingyas ont pris la mer depuis le 15 octobre. Quatre mille boat-people supplémentaires sont partis depuis le Bangladesh voisin. Leur destination finale est la Malaisie, mais la plupart transitent par la Thaïlande, où ils sont souvent enlevés par des trafiquants et détenus dans des camps construits dans la jungle, près de la frontière malaisienne, jusqu'à ce que leurs proches puissent verser une rançon en échange de leur libération. Depuis le début du mois, les autorités thaïlandaises en ont intercepté 460, placés en détention pour immigration illégale. Les autres sont introuvables. "Où sont-ils ? Nous devenons très inquiets", a dit Chris Lewa. (Amy Sawitta Lefevre; Henri-Pierre André pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles