Des milliers d'Iraniens aux funérailles de Rafsandjani

Des centaines de milliers d'Iraniens se sont rassemblés mardi à Téhéran dans une vaste démonstration d'unité à l'occasion des funérailles de l'ancien président Ali Akbar Hachémi Rafsandjani, mort dimanche à l'âge de 82 ans. /Photo prise le 10 janiver 2017/REUTERS/Leader.ir

DUBAI (Reuters) - Des centaines de milliers d'Iraniens se sont rassemblés mardi à Téhéran dans une vaste démonstration d'unité à l'occasion des funérailles de l'ancien président Ali Akbar Hachémi Rafsandjani, mort dimanche à l'âge de 82 ans.

L'ancien chef de l'Etat (1989-97), que les Iraniens nommaient le "pilier de la Révolution islamique", a été inhumé dans le mausolée de l'ayatollah Rouhollah Khomeini, le fondateur de la République islamique dont il était très proche.

L'ayatollah Ali Khamenei a rendu un hommage appuyé à celui qui joua un rôle clé dans sa désignation comme guide suprême de la Révolution en 1989, après la mort de Khomeini. Rafsandjani sera élu quelques mois plus tard à la présidence mais l'amitié entre les deux hommes se transformera peu à peu en rivalité, le pragmatique Rafsandjani se rangeant au côté des réformistes.

Dans son message de condoléances, Ali Khamenei, gardien des valeurs conservatrices de la République islamique, a déclaré que les différences politiques n'avaient jamais pu "entièrement briser" près de soixante années d'amitié avec Rafsandjani.

Le guide suprême de la Révolution a prononcé la dernière prière devant le cercueil de Rafsandjani exposé à l'Université de Téhéran, où s'étaient réunis les hauts responsables politiques, militaires et religieux du pays.

Etaient présents le commandant des gardiens de la Révolution Qassem Soleimani, l'imam sunnite Molavi Abdolhamid, plusieurs petits-enfants de Khomeini ainsi que quelques vedettes du cinéma iranien. Le président du Majlis (Parlement), le chef de l'appareil judiciaire, les plus hauts conseillers de Khamenei étaient également dans les premiers rangs.

"PRÉSERVER L'UNITÉ DE L'IRAN"

"Toute sa vie, l'ayatollah Hachémi a tenté de sauvegarder la Révolution islamique (...). Il voulait préserver l'unité de l'Iran", a déclaré son fils Mohsen, cité par l'agence Irna.

Dans la nuit, les rues de Téhéran se sont remplies de pancartes montrant une photographie de Rafsandjani et Khamenei souriant et bavardant comme de vieux amis.

Le cercueil de métal portant la dépouille de Rafsandjani, sur lequel était posé le turban blanc du défunt, a été ensuite acheminé le long de l'avenue de la Révolution, où des milliers d'Iraniens s'étaient rassemblés dans le froid.

Un témoin a déclaré par téléphone à Reuters que des slogans en faveur de la libération d'opposants politiques ont été entendus, de même que le traditionnel "Mort à l'Amérique" des durs du régime.

Rafsandjani avait soutenu le mouvement d'opposition à la réélection contestée du conservateur Mahmoud Ahmadinejad en 2009 et plusieurs milliers de personnes ont scandé des slogans favorables à l'ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi et à l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi, qui s'étaient opposés à Ahmadinejad. Les deux hommes sont assignés à résidence.

Rafsandjani restait une figure influente en Iran et dirigeait le Conseil de discernement, une instance chargée de résoudre les querelles entre le Parlement et le Conseil des gardiens, qui fait office de Conseil constitutionnel de la République islamique. Il était également membre de l'Assemblée des experts, l'institution religieuse chargée de désigner le guide suprême de la Révolution.

(Bozorgmehr Sharafedin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)