Darmanin se rend à Rennes après des "inscriptions anti-musulmanes" sur une mosquée

Romain Herreros
·Journaliste politique
·2 min de lecture
Darmanin se rend à Rennes après des "inscriptions anti-musulmanes" sur une mosquée
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

POLITIQUE - “Toute ma solidarité avec les musulmans de notre pays”. Dans un tweet publié ce dimanche 11 avril, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé qu’il se rendrait à Rennes en fin de journée, après les “nombreuses inscriptions anti-musulmanes” constatées “sur les murs de la mosquée Avicennes”.

Des faits “inacceptables”, selon le ministre .

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon France Bleu Armorique, ce centre culturel islamique a été la cible d’une dizaine de tags islamophobes et racistes, tels que “Non à l’islamisation”, “Mahomet prophète pédophile” ou encore “l’immigration tue”. Interrogé par le média local, Mohamed Zaidouni, le président du conseil régional du culte musulman, a dénoncé “un acte odieux” commis à deux jours du début du ramadan.

“Cela intervient aussi à l’approche des élections régionales, dans un contexte de violences”, a-t-il ajouté, demandant la protection des lieux de culte.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Le président m’a demandé de dire aux dirigeants de cette association (...) tout le dégoût que nous inspirent ces inscriptions qui sont des insultes, des insultes aux musulmans français, des insultes à la France”, a déclaré le ministre de l’Intérieur après sa rencontre avec les responsables du centre.

“Tout lieu de culte, tout lieu d’inspiration religieuse est le bienvenu dans notre pays et nous devons la protection à nos concitoyens musulmans comme nous le devons à nos concitoyens chrétiens ou juifs”, a-t-il ajouté.

“Ces actes n’ont pas leur place en France, ils n’ont pas leur plac...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.