Des hologrammes pour dissuader les conducteurs d'utiliser les places réservées

Il n'y a pas si longtemps de cela, l'hologramme n'existait qu'au travers de notre imagination et des films de science-fiction. Aujourd'hui, force est de constater que le procédé fait bel et bien partie de notre réalité. Quand il ne sert pas à ressusciter des légendes de la musique comme Tupac ou Michaël Jackson, il permet, par exemple des vidéoconférences plus vraies que nature.

Si son usage dans le domaine du divertissement ouvre des portes alléchantes pour l'avenir - en attendant sa démocratisation - une association russe nous prouve l'intérêt de cette technologie dans le domaine de la sensibilisation. Le but de l'opération ? Prouver définitivement que les personnes à mobilité réduite ne sont pas "que des sigles" mais bel et bien des êtres humains à part entière.

Créer un choc

En mai de cette année, l'association Dislife a décidé d'utiliser la projection holographique de personnes handicapées comme un électrochoc. En faisant apparaître l'hologramme de l'une d'entre elles sur des places réservées aux personnes à mobilité réduite, l'association espérait créer un choc chez le conducteur peu scrupuleux qui n'hésite pas à utiliser ces places réservées sans autorisation.

Un fonctionnement simple

Le résultat est saisissant. Mis en place dans certains parkings de centres commerciaux de la capitale, ce système étonne aussi par le peu de matériel qu'il demande pour fonctionner : une simple caméra dotée de détecteurs pour permettre de repérer les voitures dépourvues de vignette qui tenteraient de se garer sur des places réservées en toute illégalité. Le tout accompagné de la projection holographique à proprement parler, sur un mur de particules d'eau.




Ce contenu peut également vous intéresser :

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages