Des astronomes confondent les satellites Starlink avec des extraterrestres

Thibaut Derex
De nombreux astronomes se plaignent de la mégaconstellation Starlink de Space X car cette dernière engendre de la pollution lumineuse. 

ESPACE - Ce n’est pas la première fois qu’en observant le ciel des personnes ont pu apercevoir certains des satellites de la mégaconstellation Starlink de Space X. Ce phénomène est devenu fréquent mais déplaît aux astronomes. Cette constellation est à l’origine d’une certaine pollution visuelle lorsque l’on observe l’espace. Des observateurs amateurs ont aussi cru apercevoir des extraterrestres

C’est Space.com qui rapporte que ce dimanche 19 avril, vers 21h, des Britanniques ont observé une nuée de points blancs se déplaçant en ligne dans le ciel. Sur les réseaux sociaux, certaines personnes ont pensé avoir aperçu une pluie de météorites mais aussi des Ovnis

Mais d’autres ont très vite compris qu’il s’agissait d’une nuée de satellites qui se suivaient les uns les autres. D’ailleurs ces derniers ont également été observés en France comme le détaille le Courrier picard: “Un lecteur nous a rapporté samedi soir son observation intrigante d’un défilé de points lumineux dans le ciel.”

 

Ce type de phénomène a déjà été observé par le passé. Dans la nuit du 21 au 22 novembre 2019, lors d’une pluie de météorites, des astronomes avaient également aperçu les satellites d’Elon Musk. Comme expliqué dans l’un de nos articles, les observateurs de l’espace avaient alors accusé la constellation de fausser leurs résultats d’études. 

Le patron de Space X, Elon Musk, avait répondu à ces derniers le 9 mars 2020: “Je suis persuadé que nous ne causerons pas le moindre impact sur les découvertes astronomiques, zéro.” Mais la communauté scientifique est restée sceptique devant cette annonce.  

L’objectif de Starlink est de placer au moins 7500 satellites en orbite basse pour fournir Internet depuis l’espace. Dans les années à venir, les phénomènes de nuées de points blancs dans le ciel risquent...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post