Derrière Macron qui veut "emmerder" les non-vaccinés, une autre phrase problématique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Emmanuel Macron
    Emmanuel Macron
    25e président de la République française
L'autre phrase problématique de Macron qui veut
L'autre phrase problématique de Macron qui veut

POLÉMIQUE - L’entretien d’Emmanuel Macron dans Le Parisien, publié ce mardi 4 janvier dans la soirée, déchaîne les réactions de l’opposition. Le président, qui a déclaré avoir “très envie” d’“emmerder” les non-vaccinés “jusqu’au bout”, a provoqué par ces propos une deuxième suspension de l’examen du texte sur le pass vaccinal à l’Assemblée. Mais une autre phrase tirée de son interview indigne également ses adversaires politiques.

Dénonçant la “faute morale des antivax” qui “viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation”, Emmanuel Macron les a qualifiés d’“irresponsables”. “Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable”, a estimé le chef de l’Etat, avant de rajouter qu’“un irresponsable n’est plus un citoyen”.

“Cette phrase est terrible”

Cette déclaration a suscité la colère de plusieurs responsables politiques. Pour Karima Delli, député européenne écologiste, “cette phrase est terrible, voire effrayante”.

“Le Président Macron considère donc que 5 millions de Français ne sont plus citoyens”, a, de son côté, dénoncé Clémentine Autain, députée de la France insoumise. Pour l’élue, Macron invente “la déchéance de citoyenneté”. Le député LFI Eric Coquerel, sous-entendant que le président est un “irresponsable”, a quant à lui tweeté: “quand Emmanuel Macron s’auto-déchoit de sa citoyenneté.”

A droite, Eric Ciotti, député et ex-candidat à l’investiture LR pour la présidentielle, a comparé sur France Inter ce mercredi les propos de Macron avec la déchéance de nationalité. “En 2016, Emmanuel Macron avait refusé la déchéance de nationalité pour les terroristes islamistes en se basant sur le fait que tout le monde est citoyen”, a-t-il déclaré. “Là, les non-vaccinés seraient plus dangereux que des terroristes?”, s’est interrogé le conseiller de Valérie Pécresse.

Face à la polémique engendrée par le président, la majorité fait bloc. Marc Fesneau a expliqué que les déclarations de Macron vont au contraire “produire un électrochoc” pour les non-vaccinés qui sera “salvateur”. Pour Christophe Castaner, chef de file de la majorité à l’Assemblée, le chef de l’Etat, qui n’a pas encore déclaré sa candidature à la présidentielle, “porte une parole que beaucoup de Français partagent”.

À voir également sur Le HuffPost: Pour les derniers vœux de son quinquennat, Macron dresse un bilan positif (et se projette vers l’avenir)

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles