Derrière le crash de l’avion au Népal se cache aussi un drame intime

EDITORS NOTE: Graphic content / Rescuers pull the body of a victim who died in a Yeti Airlines plane crash in Pokhara on January 16, 2023. - Nepal observed a day of mourning on January 16 for the victims of the nation's deadliest aviation disaster in three decades, with 67 people confirmed killed in the plane crash. (Photo by PRAKASH MATHEMA / AFP)
PRAKASH MATHEMA / AFP EDITORS NOTE: Graphic content / Rescuers pull the body of a victim who died in a Yeti Airlines plane crash in Pokhara on January 16, 2023. - Nepal observed a day of mourning on January 16 for the victims of the nation's deadliest aviation disaster in three decades, with 67 people confirmed killed in the plane crash. (Photo by PRAKASH MATHEMA / AFP)

NÉPAL - C’est une terrible coïncidence dans l’histoire dramatique du crash dans lequel 72 personnes ont trouvé la mort, dimanche 15 janvier au Népal. Selon l’agence Press Trust of India (PTI), la copilote de l’appareil, Anju Khatiwada, avait rejoint en 2010 l’aviation civile népalaise et la compagnie Yeti Airlines après la mort de son mari, tué dans l’accident d’un petit avion de passagers de la même entreprise. L’accident a eu lieu en 2006, quelques minutes avant son atterrissage.

« Son mari, Dipak Pokhrel, est décédé en 2006 dans le crash d’un avion Twin Otter de Yeti Airlines à Jumla », a déclaré à l’agence Reuters le porte-parole de la compagnie aérienne Sudarshan Bartaula, faisant référence à Anju Khatiwada.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Elle a suivi sa formation de pilote avec l’argent qu’elle a reçu de l’assurance après la mort de son mari », a-t-il ajouté. Anju Khatiwada avait 6 400 heures de vol à son actif.

Le corps d’Anju Kathiwada pas identifié

Le corps de Kamal KC, le pilote, qui avait déjà volé près de 22 000 heures, a été retrouvé et identifié. La dépouille d’Anju Kathiwada n’a pas été identifiée. « Dimanche, elle était aux commandes de l’avion avec un pilote instructeur, ce qui est la procédure standard de la compagnie aérienne », a déclaré un responsable de Yeti Airlines, qui connaissait personnellement la copilote, rapporte The Guardian.

Les personnels hospitaliers népalais ont commencé ce mardi 17 janvier à restituer aux familles les corps des victimes du crash, le pire désastre aérien du pays depuis 1992.

L’avion, un bimoteur ATR 72 de la compagnie népalaise Yeti Airlines qui transportait 68 passagers et quatre membres d’équipage, s’est écrasé dimanche alors qu’il était en approche de l’aéroport de Pokhara, dans le centre du pays.

Les secours ont travaillé pratiquement sans relâche depuis l’accident pour récupérer les restes humains parmi les débris de l’appareil et de sièges calcinés dans un ravin. Ce mardi matin, 70 corps avaient été retrouvés.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi