Le dernier secret de la "Chamane de Bad Dürrenberg"

·2 min de lecture

Agée de 8500 ans, la "Chamane de Bad Dürrenberg" est une des plus exceptionnelles sépultures du Mésolithique rencontrées en Europe. Découverte en Allemagne au début du 20e siècle, de nouvelles études effectuées sur son lieu d’inhumation viennent d’en révéler l’ultime secret…

"Nous avons eu beaucoup de mal à croire ce que l’on avait sous les yeux", avoue à Sciences et Avenir, Susanne Friederich, de l’Office d’Etat pour l’archéologie et la préservation des monuments, depuis son laboratoire du musée de Halle, en Saxe-Anhalt (Allemagne). Il y a quelques mois, la chercheuse et son équipe sont retournés entre les mois d’août et décembre 2020 étudier les vestiges d’une exceptionnelle tombe découverte en 1934, dans la ville de Bad Dürrenberg et considérée comme l’une des plus célèbres sépultures humaines du Mésolithique, période charnière située entre la fin du Paléolithique et le Néolithique (lire encadré ci-dessous). Et sur place, ils ont fait une fascinante découverte : la "Chamane de Bad Dürrenberg", morte il y a 8500 ans et connue pour l’impressionnante quantité d’objets avec lesquels elle avait été retrouvée, avait aussi été enterrée… avec un cerf élaphe !

Un mystérieux cerf présent dans la tombe

Quatre-vingt-cinq ans après l’exhumation expresse du squelette en 1934 – en raison de travaux pour une foire horticole – les chercheurs sont retournés réexaminer les lieux. Cette fois, ils ont procédé à un examen rigoureux des remblais et du reste de la fosse funéraire, ce qui leur a permis de récupérer de petits fragments de matériel osseux. Jouxtant l’inhumation, ils ont aussi découvert à leur plus grande stupéfaction ce qui avait totalement échappé aux fouilleurs de 1934 (qui n'avaient eu que 24h pour opérer) : à savoir les restes d’un animal. "Nous avons immédiatement interrompu nos travaux pour que ces vestiges et tout ce que nous pourrions trouver associés, soit étudiés avec le plus grand soin", poursuit Susanne Friederich. L’ensemble de la fouille a ainsi été mise en caissons pour une étude ultérieure en laboratoire, qui pourrait prendre plusieurs mois. Elle permettra peut-être de comprendre la raison de la présence de ce cerf, qui demeure à ce jour sans exemple.

Quelques-uns des objets retrouvés en 1934 dans la sépulture de la "Chaman[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi