«Le dernier duel» et la question éternelle du consentement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il a réalisé « Alien », « Thelma et Louise » ou « Gladiator ». Ce mercredi 13 octobre, Ridley Scott sort en salles en France son 26e long métrage. « Le dernier duel », film à grand spectacle, met en scène les stars hollywoodiennes Matt Damon, Ben Affleck ou Adam Driver, et se déroule dans la France du Moyen Âge.

Le dernier duel est inspiré d'une histoire vraie. Cette mention si courante de nos jours au cinéma intrigue néanmoins pour ce film qui se situe dans la France du XIVe siècle. Ridley Scott reconstitue un affrontement de deux chevaliers, organisé en 1386. Le Jugement de Dieu est censé sanctionner de mort le menteur. Jean de Carrouges accuse en effet son ancien ami, Jacques Le Gris, d'avoir violé sa femme...

À 83 ans, Ridley Scott réalise une épopée médiévale, faite de bruits et de fureurs, de cliquetis des armes et de tournoi spectaculaire. Le dernier duel présente trois versions des faits : celle du mari, incarné par Matt Damon, celle du violeur alias Adam Driver, et pour finir le récit de la victime, formidablement interprétée par Jodie Comer.

Le viol ne fait aucun doute. L'issue du duel, en revanche, est incertaine. Et ce blockbuster résolument féministe montre bien la dimension éternelle et universelle de la notion de consentement.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles