Un dernier canin pour la route

Libération.fr

Premier du genre au monde, le cimetière des chiens d’Asnières est également le plus grand d’Europe. Promenade entre les stèles couvertes d’épitaphes passionnées et réflexions sur les liens fusionnels qui unissent les maîtres et leurs fidèles compagnons.

Comme il se trouve un cimetière à côté de chez nous, nous sommes allés vérifier. Sous le soleil, gravé dans le granit noir, nous avons découvert des respectueux «A notre cher disparu», «A mon regretté époux»,«A notre estimé collègue»… Mais nous n’avons jamais trouvé une épitaphe comme «Tu m’as donné dix ans d’amour». Imaginez… «Tu m’as donné dix ans d’amour.» L’hommage à une vie qui passe est oublié, nous sommes emportés dans un torrent émotionnel qui s’en va chuter en cascade au milieu des stèles. Au début, on ricane de cette telenovela funéraire, et puis on en devient bouleversé. «A une partie de ma vie»,«Ton départ a dévasté mon cœur», «On est près de toi pour l’éternité»… Ces épitaphes sont typiques de celles que l’on peut voir dans les cimetières animaliers et dont la lecture nous projette dans un territoire balisé par la passion, la curiosité et le grotesque. «Vanille, Vicky, Irka, mes enfants chéris», «A Perle, mon joyau d’amour»,«Max, un jour on sera de nouveau ensemble»… Essayons de comprendre ce qui gît sous ces stèles, partons en balade dans le monde des hurlements silencieux.

Peinture dorée

A Asnières (Hauts-de-Seine), dans le cimetière des chiens, plus grand cimetière pour animaux d’Europe, en ce matin de juin : personne. L’allée principale aligne des stèles de toutes époques, certaines séculaires, effondrées. Dans un secteur parallèle, un chien vivant. Un bouledogue français, il halète. C’est Indy - d’après Indiana Jones, lequel tirait déjà son surnom du chien de la maison. Il est posé sur une nappe blanche dépliée entre deux tombes, comme si l’herbe était trop sale pour lui. A côté d’Indy, ses maîtres : Philippe, 76 ans, est assis sur une chaise de camping et Viviane, 69 ans, penchée sur une stèle, (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Comment gagner à...
Long Cours : gaffe aux corsaires
Demandez les journaux !
Le bowling sans effets
De bons coups de rouge