"La dernière couleur fut le rouge", la vie du sculpteur aveugle Doris Valério devient une bande dessinée

Jean-François Lixon

"Tout en étant aveugle, il a un rapport à son art qui est incroyablement visuel". C'est en ces termes qu'Anne-Sophie Servantie évoque Doris Valério, son compagnon. L'artiste est sculpteur et aveugle. Elle a raconté sa vie dans une bande dessinée intitulée La dernière couleur fut le rouge.

Anne-Sophie Servantie est habituellement peintre, mais elle a choisi la bande dessinée car malgré sa déficience visuelle, Doris Valério travaille beaucoup avec la couleur.

C'est paradoxal de parler du regard d'un artiste quand on parle de quelqu'un qui est aveugle.

Anne-Sophie Servantie

Une équipe de France 3 Poitou Charente a rencontré Doris Valério


La petite et la grande Histoire

Plus encore qu'une bande dessinée relatant la vie de Doris, sa compagne la resitue dans le contexte familial et historique. La grande Histoire et la petite histoire se conjuguent ainsi dans cet album très sensible. L'autrice a recueilli les souvenirs des membres de cette famille d'immigrés italiens. Si "Testa dura" comme le surnommait sa mère (tête dure) peut parler de couleur et demander que telle ou telle de ses scuptures soit rouille ou bleu, c'est que l'artiste a perdu la vue à l'âge de trente ans. Et comme l'indique le titre de la BD, la dernière couleur à disparaître fut le rouge. Avant de perdre définitivement la vue, Doris avait eu le temps de faire provision d'images en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi