Depuis Madrid, Ledezma critique les divisions de l'opposition vénézuéliennne

Álvaro VILLALOBOS
1 / 2
Le maire de Caracas Antonio Ledezma à son arrivée à l'aéroport de Madrid, le 18 novembre 2017

Madrid (AFP) - L'opposant vénézuélien Antonio Ledezma, le maire de Caracas qui s'est échappé de sa résidence surveillée, a critiqué samedi les divisions des adversaires du président Nicolas Maduro, à son arrivée à Madrid en provenance de Bogota.

Le maire de Caracas a annoncé à sa descente d'avion qu'il allait faire une tournée internationale et voulait incarner "en exil l'espoir de tous les Vénézuéliens de sortir de ce régime, de cette dictature", accusant le gouvernement du président Nicolas Maduro d'être "en collusion avec les trafiquants de drogue".

A son arrivée en Colombie par la route vendredi, M. Ledezma avait déclaré qu'il était temps que Nicolas Maduro abandonne le pouvoir. "Maduro ne peut pas continuer à torturer le peuple du Venezuela, (qu'il est) est en train d'affamer à mort", avait-il lancé.

Le Venezuela est secoué depuis des mois par une violente crise politique, économique et humanitaire, après avoir été ruiné notamment par la chute des cours du pétrole, son unique richesse.

Mais Antonio Ledezma, 62 ans, a également demandé à l'opposition de "faire son autocritique après "ses incohérences", alors que le gouvernement Maduro se prépare à dialoguer avec des opposants les 1er et 2 décembre à Saint Domingue.

Il a affirmé que ce dialogue était une "ruse" de Nicolas Maduro pour "tromper les Vénézuéliens".

Sans nommer personne, il a aussi critiqué la décision de quatre gouverneurs élus lors de scrutins régionaux le 15 octobre de prêter serment devant "l'assemblée nationale constituante" pro-régime. Nicolas Maduro a fait élire cette assemblée, qui n'est pas reconnue par la communauté internationale, pour neutraliser l'assemblée nationale où l'opposition est majoritaire.

- Retrouver la boussole -

"Le gouvernement tire avantage des erreurs des dirigeants de l'opposition, que j'invite à faire leur autocritique", a-t-il déclaré.

L'opposition doit "retrouver la boussole qu'elle a perdue", après des "incohérences (qui) nous ont fait beaucoup de mal", surtout au moment où le "Venezuela est sur le point de s'effondrer définitivement".

M. Ledezma devait être reçu samedi à 13H00 (12H00 GMT) par le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, ferme soutien de l'opposition vénézuélienne.

Ledezma, a été accueilli à l'aéroport par son épouse Mitzy Capriles, ses filles Mitzy et Antonietta, et l'ancien président colombien Andres Pastrana, et une poignée de sympathisants arborant des drapeaux vénézuéliens.

Maduro a ironisé vendredi soir sur la fuite d'un de ses principaux opposants. "Aujourd'hui s'est échappé Antonio Ledezma (...) il est parti sous protection vivre la grande vie en Espagne, boire du vin sur la Gran Via. Qu'ils le gardent", a-t-il déclaré à Caracas.

Antonio Ledezma, un des figures emblématiques de l'opposition avec Leopoldo Lopez, lui-aussi en résidence surveillée, avait été arrêté en février 2015 et accusé de conspiration contre le président Maduro.

Deux mois plus tard, cet homme aux fines lunettes, front dégarni et cheveux blancs, avait été assigné à résidence pour raison de santé, après une intervention chirurgicale.

Il a affirmé avoir pu s'enfuir avec l'aide de militaires vénézuéliens.

"Pendant plus de 24 heures, a-t-il dit, j'ai franchi 29 barrages, contrôles, des routes en terre, comme dans un film de James Bond, en prenant tous les risques et en ne pensant qu'à la valeur de la liberté. Aujourd'hui, arrivé à Madrid, je me sens libre".

"Je sais que sa vie était en danger en raison de sa posture ferme et cohérente face à la volonté de relancer le faux dialogue" entre gouvernement et opposition, qui doit reprendre en décembre en République dominicaine, a affirmé sur Twitter Maria Corina Machado, autre figure de l'opposition.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages