Depuis 2009, 14% des coraux ont disparu, selon un rapport

·2 min de lecture

La hausse des températures de surface de la mer a provoqué la disparition de 14% des coraux depuis 2009, selon le dernier rapport du Réseau mondial de surveillance des récifs coralliens. Il s'agit de la plus grande étude santé jamais menée, portant sur 40 ans et 12.000 sites dans 73 pays. Toutefois, la résilience de certains récifs laisse entrevoir un espoir de reconstitution. A condition que diminuent les gaz à effet de serre et la pollution.

Une petite colle, avant de vous plonger dans du Réseau mondial de surveillance des récifs coralliens (GCRMN), qui paraît ce mardi 5 octobre 2021 : combien d’humains dépendent de ce corail désormais souffreteux en raison de la hausse de la température des mers ? Zéro (c’est le problème des anémones et des poissons-clowns) ? 1.000.000 (peut-être le nombre d’aquariophiles qui vendent ou achètent des boutures dans le monde) ? Quelques centaines de millions (les gens de la côte et ceux qui aiment la plongée) ? Pas un milliard, tout de même ?

Mais si, vous y êtes : la dernière réponse est la bonne. Un milliard de personnes au moins - un peu plus d’un huitième de l’humanité - a besoin des récifs coralliens pour manger, travailler ou se protéger des tempêtes et de l’érosion. Car les coraux sont incroyablement généreux. Leurs colonies ne couvrent que 0,2 % du fond des océans, mais abritent au moins un quart de la faune et de la flore marines, et fournissent un grand nombre de protéines tout en recelant des . Sans parler du fait qu’ils absorbent l’énergie des vagues, ce qui est grandement apprécié en période de tempête ou cyclone. C’est dire combien leur état de santé nous importe. Il pourrait y avoir un cours du précieux corail, comme celui de l’or, une valeur sûre sur laquelle nous investirions…

Une économie corallienne en péril mais...

Justement, le dernier bulletin de santé des coraux, le sixième du genre, le "Status of Coral Reefs of the World : 2020", qui couvre une période de 40 ans, vient de paraître. "C’est la plus grande analyse de santé des récifs coralliens jamais menée dans l’histoire : plus de 300 scientifiques ont recueilli des données dans 73 pays et sur 12.000 sites grâce à près de 2 millions d’observations individuelles, souligne Paul Hardisty, directeur général de l’Institut australien des sciences de la mer (AIMS). Et les résultats sont mitigés". Le rapport fait état de la perte d'environ 14 % des coraux de la planète depuis 2009. En clair, nos actions c[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles