La dépression peut avoir un impact conséquent sur le coeur

Ingrid Bernard
·2 min de lecture
La dépression peut avoir un impact conséquent sur le coeur

Selon une étude menée par une équipe canadienne et parue dans Jama Psychiatry, la dépression pourrait engendrer des maladies cardiovasculaires. Un risque qu’il ne faut pas prendre à la légère, selon les chercheurs.

C’est bien connu, la dépression peut faire des ravages aussi bien physiquement que psychologiquement. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elle peut avoir un impact sur la santé, et en particulier le cœur des personnes qui en souffrent. Pour parvenir à ces conclusions, des scientifiques de l’Université de Simon Fraser au Canada ont suivi 145 862 patients de 35 à 70 ans à travers 21 pays des cinq continents. Ils ont observé que le risque de problèmes cardiaques et de décès a augmenté de près de 20% chez les personnes présentant quatre symptômes dépressifs ou plus par rapport à ceux qui n’en ont pas. 11% des volontaires ont signalé au moins quatre symptômes dépressifs au départ comme l’indique Psychiatry & Behavior Health.

Le risque serait deux fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Les chercheurs ont également constaté qu’il était deux fois plus important dans les zones urbaines que rurales. Un point important alors que “la majorité de la population mondiale vivra en ville d’ici à 2050”, détaille le Pr Scott Lear, principal auteur de l’étude. Un réel danger qu’il ne faut pas prendre à la légère selon les chercheurs puisque la dépression constituerait un facteur de risque cardiovasculaire aussi important que le tabagisme, l’hypertension et l’hypercholestérolémie.

Miser sur la prévention

“Notre question initiale était de savoir si des recherches qui avaient été menées précédemment dans la plupart des pays occidentaux pouvaient être généralisés à d’autres pays du monde. Nos résultats suggèrent qu’ils le peuvent. Nous avons effectivement obtenu des résultats similaires dans des pays avec des niveaux économiques très différents”, ont estimé les chercheurs.

Pour les scientifiques, ces résultats arrivent au bon moment. En effet, de nombreuses études ont montré que le confinement lié à la crise du Covid-19 avait particulièrement affecté la population, toutes tranches d’âges confondues. Les chercheurs qu’il est primordial que les gouvernements sensibilisent la population. Il serait également nécessaire de repérer le plus précocément possible des éventuels troubles afin de les prendre en charge et d’éviter des complications cardiovasculaires.