Dépistage du coronavirus : "le test est simple et prend 5 secondes"

Des centaines de Marseillais se ruent chaque jour à l'hôpital de la Timone pour le dépistage du coronavirus

À Marseille, l'IHU du Professeur Didier Raoult bat depuis plusieurs jours des records d'affluence. Pour cause, l'institut spécialisé dans les maladies infectieuses accueille le tout-venant pour un dépistage massif du coronavirus. Concrètement, comment fonctionne ce test ? Des Marseillais témoignent.

Depuis plusieurs jours, la foule nombreuse et les heures d'attente n'empêchent pas les Provençaux de se rendre massivement à l'IHU Méditerranée Infection du Professeur Raoult pour se faire dépister du coronavirus. Contrairement aux consignes du gouvernement qui exige de réserver le dépistage aux personnes fragiles et aux soignants, le pôle d'expertise marseillais a décidé de tester le tout-venant. C'est le cas de Jacques, 65 ans, qui n'ayant "aucun symptôme particulier", a fait la queue pendant "plus de 3 heures" lundi, avant de pouvoir pénétrer dans le bâtiment ultra-moderne de l'hôpital de la Timone.

Jacques, 65 ans : "Pas effrayé par la longue file d'attente"

"Pas effrayé par la longue file d'attente", ce retraité "voulait absolument savoir s'il était porteur". Il s'est inquiété après avoir été en contact avec son fils pharmacien "qui a eu 39 de fièvre dimanche". "Ma mère étant très âgée, j'ai voulu vérifier pour éviter de la contaminer, car elle fait partie des plus fragiles", explique-t-il. Une fois à l'intérieur du bâtiment, Jacques a été accueilli par les équipes de l'hôpital, qui lui ont immédiatement donné un masque de protection et lui ont pris sa température.

Après avoir rempli une fiche de renseignement et obtenu ses "étiquettes" comme dans n'importe quelle prise de sang, il s'est retrouvé dans la file des "asymptomatiques", puis dans un petit box, derrière un rideau. Si ceux qui présentent des symptômes sont reçus par un médecin, les asymptomatiques doivent se faire le test eux-mêmes, après avoir reçu leur kit de dépistage des mains d'un infirmier masqué.

Isabelle : "Quand je suis retournée travailler, j'étais beaucoup plus sereine"

"Le test est simple et prend 5 secondes", détaille Isabelle, pharmacienne de 25 ans, qui est allée se faire dépister jeudi, "dans le calme, bien avant la cohue", parce qu'elle présentait des symptômes inquiétants (fatigue, courbatures, bronches douloureuses et toux). "C'est un prélèvement par le nez, au niveau du larynx, poursuit-elle. Il suffit donc de se mettre un gros coton tige dans la narine et c'est tout !". Si Isabelle a eu ses résultats sous 24 heures, Jacques devra probablement attendre 72 heures pour les obtenir, via un code internet. Aujourd'hui, en raison de la forte affluence, seuls les contaminés sont directement appelés par l'hôpital, qui leur propose ensuite le traitement à base de chloroquine et d'azithromycine.

Pour Isabelle, sa négativité a été "un soulagement". "Quand je suis retournée travailler, j'étais beaucoup plus sereine", confie celle qui avait également pris ses précautions dans sa vie privée, en faisant "lit séparé" avec son petit ami. "À la pharmacie, on est une équipe de 20 personnes, donc si j'avais le virus, je pouvais potentiellement contaminer mes collègues. Je voulais m'assurer de la sécurité de tout le monde".

TOUT SAVOIR SUR LE CORONAVIRUS
>>
Comment attrape-t-on le Covid-19 ?
>>
Pour qui le Covid-19 est-il dangereux ?
>>
Quels sont les symptômes du Covid-19 ?
>>
Pourquoi la création d'un vaccin prend autant de temps ?
>>
Pourquoi parle-t-on de "cluster" ?
>>
Comment parler du Covid-19 à ses enfants ?