"Pas d'enfer" : Gilles Boyer sans équivoque sur le passage d'Édouard Philippe à Matignon

·1 min de lecture

Gilles Boyer lève un léger voile sur le passage d'Édouard Philippe à Matignon. Pendant près de deux ans, il a été son conseiller spécial au 57, rue de Varenne. Invité dans Le Point des idées sur LCI ce dimanche 11 avril, le député européen s'est exprimé sur le poste qu'a occupé Édouard Philippe avant de remettre sa démission le vendredi 3 juillet dernier. La fonction de Premier ministre est souvent décrite comme "un enfer". La journaliste Raphaëlle Bacqué en a d'ailleurs écrit un livre intitulé L'Enfer de Matignon : Ce sont eux qui en parlent le mieux, paru le 10 septembre 2018 aux éditions Albin Michel. Selon Gilles Boyer, le prédécesseur de Jean Castex ne l'a pas vécu comme tel.

Co-auteur du livre Impressions et lignes claires (éd. Jean-Claude Lattès) avec Édouard Philippe, Gilles Boyer a déclaré sur le plateau de la chaîne d'information en continu : "C'est une fonction difficile où on a beaucoup de problèmes, beaucoup de soucis et beaucoup d'inquiétudes. Ça, c'est vrai", a-t-il acquiescé avant de nuancer : "En même temps, quand on aime gouverner, prendre des décisions, manager une équipe gouvernementale ou administrative, ça peut procurer beaucoup de plaisir." L'homme politique de 49 ans a poursuivi : "Le terme d''enfer', Édouard (Philippe) l'a toujours récusé, et je dois dire, moi aussi. D'abord, si c'était l'enfer, on aurait beaucoup de gens qui refuseraient Matignon. Je n'ai jamais vu personne refuser Matignon, donc c'est quand même bizarre. Ensuite, je pense que Matignon (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Guillaume Canet et Marion Cotillard : leur fils Marcel se lance dans le cinéma... "Mais chut"
Mort du prince Philip : "Si Harry arrive avec une attitude guerrière, le 'divorce' sera scellé"
Claire O'Petit charge Édouard Philippe et l'accuse d'avoir "mis en difficulté" Macron
Cyril Hanouna : l'animateur "consubstantiel" de C8 dont le contrat reste « secret-défense »
VIDÉO - "Ça ne me fait pas râler" : Laurent Ruquier très clair sur les dîners clandestins